Le bore-out ou syndrome du placard

On parle beaucoup du burn-out, cette combustion par l’intérieure résultante de l’hyperactivité destructrice mais le bore-out est également un fléau qui ronge de l’intérieur par le vide et la vacuité. Zoom sur cette torture de la goutte d’eau.

Le bore-out, c’est quoi ?

goutte-d-eauSi la maltraitance de l’humain par la négation de ses besoins physiologiques et psychologiques sont légion de nos jours, c’est parce que l’humain « standardisé » l’accepte. A l’heure du toujours plus vite, il existe pourtant une torture qui va à contre-courant. C’est la torture par l’immobilité.
Dans ce processus, chaque minute qui passe s’apparente à une goutte d’eau qui vous tomberait sur votre front. Cette technique de torture répandue pour son efficacité à l’époque de la guerre d’Indochine est connue et reconnue comme l’une des pires tortures de par sa répétition sournoise qui transforme un fait presque anodin (une petite goutte d’eau) en une chose insupportable. Ce petit, voir presque imperceptible impact de la goutte d’eau sur votre peau se transforme alors en une douleur intense et accablante.

mise-sous-clé-sécurisé

En quoi la mise au placard est-elle une torture ?

La mise au placard peut sembler anodine à première vue. Pourtant, elle est extrêmement destructrice pour l’individu. Si vous ne l’avez jamais vécue, imaginez devoir vous dépêcher le matin pour être à l’heure à votre travail, stresser dans les bouchons ou retard des transports en commun pour finalement passer le reste de votre journée à faire « rien« . Puis, vous dépêchez à nouveau pour récupérer vos enfants à l’heure, et rentrer chez vous avec un sentiment de vide de non-existence et d’inutilité.

Le_temps_vous_appartientPersonnellement, rien que d’y penser mon poil s’hérisse. Pour moi, la part professionnelle est tellement importante pour la réalisation de soi, enfin de moi, qu’imaginer gaspiller mon temps (alors qu’il est une ressource des plus précieuses dans une vie)  à ne rien faire ,m’est juste impensable.

Mais, à mon sens le plus difficile à accepter et bien de rester dans cette posture et la répéter tous les jours que Dieu fait pour avoir un salaire fixe à la fin du mois. Car, c’est bien là que se situe le problème, la dissonance. La situation est inacceptable, mais pour des raisons financières, vous choisissez de vous contraindre à vivre l’insupportable pour de l’argent. Bref, vous vendez votre âme au diable et jeter votre estime de soi aux orties. Vous finissez à vous nier vous-même et à renier votre valeur, votre être.

Comment faire quand notre situation financière nous bloque dans le piège abscons du bore-out ?rompre-chaine

Tout d’abord, faites le point sur : quelles sont les raisons qui vous poussent réellement à rester ? Cette information est essentielle pour pouvoir en dégager un but.

Combien de temps êtes-vous prêt(e) à subir cela ? 
Il est important de donner une fin au processus.

Quel est le but ou la deadline lié(e) au fait d’attendre ou de gagner du temps ?
Ce peut être trouver une autre place (attention à ne pas trop tirer sur la corde car une personne aigrie et déprimante n’est pas très séduisante en entretien d’embauche), vendre votre maison, attendre que votre petit dernier rentre à l’école…

Avec quoi pourriez-vous remplir ce temps de vide pour qu’il puisse vous être favorable ?
lunette-etudesCe n’est pas parce qu’on ne vous donne rien à faire que vous êtes tenu(e) de ne rien faire ! Vous pouvez peut-être en profiter pour faire votre recherche d’emploi, demander et suivre une formation, lire et faire de l’auto-éducation ou remise à niveau, écrire un livre, méditer, dessiner… de nombreuses options sont possibles en fonction de ce qui est autorisé dans votre entreprise. Après, c’est une question de créativité !

Vous ne pouvez vraiment rien faire !

buddha-611566_960_720Dans ce cas bien précis, réfléchissez à ce qui se passe quand vous ne faites « rien ». Comment vous faites pour ne faire rien ? Quelle est votre posture ? Comment vous tenez-vous ? Comment pourriez-vous faire rien différemment ?

Personnellement, je n’ai jamais subi un bore-out, mais j’ai un certain nombre de clients qui l’ont subi. Et, ensemble, nous avons identifié des opportunités exploitables pour transformer la situation.

Par contre, j’ai expérimenté l’obligation de rester allongée avec une douleur physique intense pendant des mois, suite à un accident de la route. Et, je vois le bore-out comme une autre manière d’appréhender cette immobilité et cette douleur.

L’une des choses qui j’ai appris à cette période, c’est que même si physiquement, je ne pouvais pas bouger, mon esprit avait de nombreuses façons de me permettre de voyager et de me déplacer, de sortir de ma souffrance, expérimenter une autre réalité.

La seconde chose que j’ai apprise, c’est que la visualisation d’un état plus bénéfique auquel on ajoute émotion et volonté permet de matérialiser cet état.

Les limites de notre vécu est celui des limitations de notre esprit, alors faisons tomber les murs de notre mental pour découvrir le monde infini des possibilités de notre imagination.

Merci d’avoir lu cet article. Vous avez la possibilité de réagir ou d’interagir sur ce sujet en postant un commentaire dans le module ci-dessous. Si cet article vous a plus, soyez libre de le partager.

Je vous souhaite une belle semaine.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *