Menu

Lettre de réponse au passant

Parfois, Il est des personnes qui passent; Qui vont, passant dans votre vie le temps d’un jour, d’une heure, d’un an… d’une lettre.

Celui à qui je m’adresse ici, m’a fait parvenir une lettre signée de son nom « le passant » sans autre mention et je l’en remercie.

Ne pouvant lui répondre par un autre biais que le blog, je m’adresse à lui via ce dernier.

 

Bonjour Cher Passant,

Je tiens à vous remercier de votre missive. Je suis sincèrement touchée par l’importance que vous m’accordez; même si je n’en suis pas digne. Je suis probablement et humblement, la plus petite d’entre nous, mon cher frère passant.
Merci également pour votre bienveillance. Nous avons parfois des élans inspirés par l’intention de sauver les autres… mais ne serait-ce pas pour éviter de nous préoccuper à nous sauver nous-même ?

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Or, même s’il me semble important de vous répondre et rectifier certains points. Je prends votre lettre tel un cadeau. Un cadeau pour moi puisque d’une manière, elle me permet d’apporter un élément supplémentaire, confirmant par ricochet une inspiration organique en cours de construction.
Votre lettre est aussi un cadeau pour tous, car cela m’offre, une fois de plus, la possibilité, l’opportunité, d’apporter, je l’espère, un peu plus de clarté.

Oui, cher passant, l’univers est mental.

Mais il existe des programmations, des balanciers, des structures, différents plans, la matrice… dont nous sommes dépendants… d’une certaine manière. Poser que tout cela est mental ne suffit pas toujours à passer outre. Il demeure des processus à opérer.

Mon intention, cher passant, n’est pas de faire le constat de ce qui est, de m’affliger ou d’être dans le renoncement. Certes non. Je ne suis pas de nature passive même si mon état d’être peut donner cette impression lorsque je suis en « service ».

Cher passant, je n’ai pas « d’engouement » pour les Flammes Jumelles, je fais l’expérience de ce processus. Il n’y a pas eu de recherche délibérée de ma part à m’y rallier. Cela m’est arrivé sans crier gare lorsque je pratiquais mon Art. Il n’y a rien eu de mental puisque dans ces conditions, je suis dans un état amplifié de conscience et je suis amenée à œuvrer sur d’autres plans. Cette âme, que j’ai alors reconnue, n’avait rien d’une âme noire habillée de blanc aux strass scintillants.
Il est d’ailleurs à noter que je me méfie de ce qui brille. Elle était simplement enfermée dans une armure par peur de souffrir.

Mon ami passant, il est une grande différence entre une information, un savoir et une connaissance. Les enseignements des Maîtres ne sont pas figés. Ils sont vivants. Ils sont transmis pour faire sens lors d’une conversation, dans un contexte précis, en présence de personnes en particulier, dans un instant présent unique.

La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information. 

– Einstein

Cher frère passant, vous dites me trouver fort lasse et dans le renoncement. Oui, je suis parfois fatiguée. Je suis humaine. Il arrive que je dorme peu et/ou mal. Je donne aussi beaucoup de ma personne. Avoir un pied ici et un pied ailleurs est parfois fatigant (d’autant plus dans les périodes où l’ancrage, le centrage ou l’alignement sont déficients). J’ai aussi mes moments de vulnérabilité. Mais, c’est ma vie et je l’assume.

Cela n’est pas dû à cette dynamique de flamme jumelle mais aux conséquences de forces contraires auxquelles je me confronte, trop souvent ces derniers temps à mon sens. Mais il semblerait que ce soit le signe de mon bon labeur par ailleurs. En dehors de mon engagement à servir, je suis maman de deux jeunes enfants éveillés, dynamiques et très actifs.
De plus, on m’a récemment envoyé, avec beaucoup de générosité, de sombres invités, atypiques par rapport à ceux dont j’avais pu faire la connaissance jusqu’alors. Et, je vous avoue avoir mis du temps avant de réussir à les reconnaître pour pouvoir enfin les éconduire.

Je ne perçois pas mon chemin comme étant difficile

Il peut sembler dur mais il ne l’est pas. IL EST. Mon Père-Mère est généreux et m’a fait naître avec toutes les ressources nécessaires à l’intérieur. Comme il l’a fait pour chaque être même pour vous cher passant. Tout le nécessaire m’a été donné. Chacun a son propre chemin. Dieu, le Divin, l’Eternel, L’Absolu,… appelez le/la comme vous le souhaitez… a un plan pour chacun de nous. Chaque individu a le sien propre qui n’est pas celui d’un autre.

Quant au renoncement, cela ne fait pas partie de ma nature innée. Dans mon Univers, renoncer n’est pas une option. Je suis dans l’acceptation. L’acceptation permet de ne pas être dans la résistance. J’accepte inconditionnellement ce que Dieu souhaite me voir expérimenter et je le fais selon sa Volonté avec bon coeur.

Mon souhait est de pouvoir observer et analyser tout cela en conscience, d’apprendre à connaître l’intégralité de ce système et trouver la façon de le désamorcer, de s’en extraire, de le transformer. Et, cela passera, de ce que je perçois par différentes phases, différentes opérations alchimiques. A mon sens, il n’y a pas de fatalité. Même le karma n’existe que pour être transcendé. La Vie nous donne des cartes, à nous de déterminer ce que nous souhaitons en faire et comment nous allons les combiner pour générer LA formule gagnante.

Je suis suffisamment téméraire pour accepter d’essuyer les plâtres, de m’exposer. L’Univers m’a également donné ténacité, force et un degré de résilience suffisamment élevé pour continuer à étudier,  à expérimenter, à réajuster, à ré-essayer et à recommencer jusqu’à réussir. J’ai le droit de faire des erreurs mais je n’ai pas l’option d’échouer. Mon implication, que vous pouvez interpréter comme de l’engouement se trouve à cet endroit.

Il me semble important de vous préciser que je ne suis pas en couple avec ma flamme jumelle, contrairement à ce que vous semblez penser, ami passant.

 

Je suis en couple avec un homme formidable. Un ange que le ciel m’a envoyé pour que nous prenions soin l’un de l’autre. Et, il sait.

Pour ce qui concerne mon « binôme », entendez « ma flamme », et moi, nous demeurons en lien même si nous nous voyons et échangeons peu dans la matière. Mais, à chaque fois, c’est comme si nous ne nous étions jamais quittés. Notre relation interpersonnelle est paisible, bienveillante avec un degré de compréhension l’un de l’autre qui demeure inégalable. Nous avons dépassé, à mon sens, les caps douloureux. La souffrance qui reste, s’il en est, par moment, est intérieure. Elle est une réminiscence mentale qui est à la fois le moteur et la résultante des travaux alchimiques intérieurs qui s’opèrent. Je perçois tout cela comme une longue initiation.

Oui, la souffrance est la résultante d’un déséquilibre énergétique.

Elle est aussi souvent l’invitée des moments des changements de vie, des périodes de déséquilibre ou il reste des ajustements plus ou moins importants à opérer. Mais transformer cette souffrance prend parfois du temps et passe par un certain nombre d’étapes. Retrouver un nouvel équilibre passe, la plupart du temps par une succession de phase. Il faut être tolérant et se donner le temps pour faire les apprentissages nécessaires.

Vous comprendrez et conviendrez alors, peut-être, que je ne suis ni dans le cadre d’une manipulation mentale, ni dans la dépendance affective, et encore moins de domination sexuelle. Si vous me connaissiez intimement, vous sauriez que je ne suis plus prompte à entrer dans le cadre de la dépendance affective ou du chantage sentimental. Cette expérimentation, je l’ai dépassée il y a quelques années déjà. Et j’ai bien intégré la leçon !
Cela me permet aujourd’hui d’oeuvrer pour le Très Haut. Sinon, je serai ailleurs. Je vis dans le détachement. Pour moi, rien n’a vraiment d’importance à part dans quelques moments de fatigue, d’égarement, de manque de centrage, de clarté ou de discernement, qui ne durent par chance jamais plus de 24 h. Mon mode de fonctionnement est d’ailleurs bien compliqué à comprendre pour les profanes.

Mais, je vous l’accorde pour l’avoir vu. Beaucoup des personnes qui se pensent impliquées dans une dynamique de flammes jumelles sont en réalité dans une forme de dépendance affective, ou prise dans un processus de manipulation, effectivement.

J’ai beaucoup d’amour pour ma flamme jumelle, tout comme il en a pour moi. Mais cela n’a rien à voir avec de l’amour de couple, de l’amour d’attachement, de l’amour-dépendance, de l’amour-sexuel, de l’amour-filial… et il l’avait perçu bien avant moi. Cela a davantage à voir avec de l’amour-fraternel même si c’est définitivement bien plus fort et très différent. Lorsque nous sommes ensemble, nous sommes.

La souffrance que j’ai expérimentée grâce à cette expérience de vie, m’a permis de grandir, de mourir, de renaître, de mourir à nouveau, de ressusciter, de mourir une fois encore,… Je n’ai jamais évolué aussi vite. Chaque étape me permet de me révéler davantage et de vivre un peu plus dans la Grâce. Chaque étape dépassée me met en Joie.

Peut-être que je me fourvoie… mais ma tendance à douter du doute m’écarte de cette possibilité d’autant plus que les guidances et les messages reçus en contemplation, étaient, on ne peut plus clairs.

Soyez rassuré, mon but n’est absolument pas d’emmener d’autres âmes sur le sentier des flammes jumelles.

Et encore moins de faire sombrer de pauvres âmes dans ce processus à des fins mercantiles. Je suis un des chiens du Berger. Mon rôle est souvent d’écarter la personne d’un sentier qui n’est pas le sien pour qu’elle prenne conscience que son chemin est ailleurs, et l’y ramener.

Mon parcours a été et demeure long. Mais, il est le mien et je l’aime. Je suis pleine de gratitude pour tout ce qui m’est offert de Vivre. J’ai expérimenté beaucoup de choses, dans la fluidité ou la souffrance, ce qui m’a permis de connaître les processus, les schémas, les stratégies… Je peux donc en reconnaître certaines dynamiques, énergies, signes, colorations, textures, vibrations…

Je ne suis pas tel le Pendu mais comme le Fou cheminant sur le pavé mosaïque.

Puisse le Divin vous apporter Paix, Amour et Lumière
Bien à vous,

Lætitia TRILLEAU

P.S.: J’aimerais ajouter, en passant,  deux citations issue de : Les noces Chymiques de Christain Rosencreutz

« Étranger, salut : Peut-être as-tu entendu parler des Noces du Roi, dans ce cas, pèse exactement ces paroles : Par nous, le Fiancé t’offre le choix de quatre routes, par toutes lesquelles tu pourras parvenir au Palais du Roi, à condition de ne pas t’écarter de sa voie.

La première est courte, mais dangereuse, elle passe à travers divers écueils que tu ne pourras éviter qu’à grand peine ; l’autre, plus longue, les contourne, elle est plane et facile si à l’aide de l’aimant tu ne te laisse détourner, ni à droite, ni à gauche. La troisième est en vérité la voie royale, divers plaisirs et spectacles de notre Roi te rendent cette voie agréable.

Mais à peine un sur mille peut arriver au but par celle-là. Par la quatrième, aucun homme ne peut parvenir au Palais du Roi, elle est rendue impossible car elle consume et ne peut convenir qu’aux corps incorruptibles. Choisis donc parmi ces trois voies celle que tu veux, et suis la avec constance. Sache aussi que quelle que soit celle que tu as choisie, en vertu d’un Destin immuable, tu ne peux abandonner ta résolution, et revenir en arrière sans le plus grand danger pour ta vie. »

« Voilà ce que nous avons voulu que tu saches, mais prends garde aussi d’ignorer que tu déploreras d’avoir suivi cette voie pleine de périls : En effet s’il doit t’arriver de te rendre coupable du moindre délit contre les lois de notre Roi, je te prie pendant qu’il en est encore temps de retourner au plus vite chez toi, par le même chemin que tu as suivi pour venir. »

Laisser un commentaire

S’inscrire à la Newsletter mensuelle

%d blogueurs aiment cette page :