Résoudre un conflit efficacement et durablement

En ces jours agités de conflit, où l’envie de révolution gronde, je ne peux qu’être touchée par l’actualité.
Pourtant, même si j’ai toujours été pour le changement, il me semble que les choses prennent une allure et une vibration dérangeantes.

Au coeur du conflit d’Avignon

Ce samedi, j’étais à Avignon à 50 m des heurts. Il était facile d’identifier trois types de populations qui se mêlaient. La première était constituée des touristes, de badauds et autres promeneurs. La deuxième contenait des familles, des personnes calmes et pacifiques. Mais, à l’avant, lourdement chargés d’alcool et/ ou de colère d’autres grondaient; brûlant, pneus, barrières et autres affaires.

Il est clair que chacun était venu là, animé par un but différent. Les choses restent dérangeantes.

L’expression d’une demande claire et réalisable est la clé

Chacun a ses propres besoins. Mais tout le monde n’est pas capable de les exprimer. D’ailleurs, sait-on réellement ce que demande la foule ?
Moins d’impôts, plus d’emploi, des salaires plus élevés et plus d’aides sociales. Tout cela est clairement contradictoire. Notre pays est en déficit et pourtant, nous continuons à avoir distribuer des aides sociales, à bénéficier d’une couverture sociale, à offrir une éducation de qualité…

Or, pour obtenir cela, ce n’est pas en cassant du mobilier urbain et en taggant l’arc de triomphe que cela va se faire. Car, quelqu’un va devoir payer pour cela. Et, ce sont nos impôts qui vont le faire.

Pour pouvoir sortir de l’impasse, le dialogue est la clé. Mais, pour que ce dialogue soit bénéfique, il est important que chacun sache ce qu’il souhaite. Quels sont ses besoins et ce qu’il accepte d’apporter comme ressources pour abonder dans l’échange.

C’est pareil dans toutes les situations de conflits

Un conflit est une très bonne chose tant qu’il reste pacifique. L’étude d’un conflit permet à chacun des protagonistes de dévoiler ses cartes pour trouver un meilleur arrangement.

L’idée finale reste de trouver une solution viable pour les deux parties; un accord gagnant-gagnant. Pour cela, chacun doit pouvoir avoir le temps et l’espace pour s’exprimer, se justifier, argumenter… La pire solution étant de laisser demeurer des zones d’ombres et d’incompréhension. Cela nuirait à la mise en oeuvre d’une solution durable. L’humain ayant pour habitude de présupposer que tout ce qui n’est pas réaliser pour son avantage a été opérer pour lui nuire.

La résolution d’un conflit passe par l’expression des besoins

Mais pour cela, il faut savoir quels sont les besoins réels. Dans la plupart des couples, on se rend compte que les conflits portent sur tout sauf sur l’essentiel.

Par exemple, la femme va reprocher à son mari de trop regarder la télé, de ne pas assez faire attention à sa santé, être trop passionné de sport, de ne jamais mettre ses chaussettes dans le panier à linge, de ne pas avoir réparé la chaudière… alors que son besoin réel est d’avoir plus de tendresse ou d’attention. L’esprit humain est ainsi fait, pleins de brouillard et d’incompréhension de lui-même.

Pensez-y la prochaine fois que vous vous sentirez insatisfait(e)… Posez-vous alors la question de quoi avez-vous besoin ?

Puis, réfléchissez à 2 ou 3 façons d’y répondre. Et, si vous n’y arrivez pas, soyez libre de demander de l’aide.

Je vous souhaite une semaine paisible et chaleureuse.
Prenez soin de vous et de vos proches.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *