Menu

Accepter de s’ouvrir à l’autre pour vivre une union d’amour ?

C’est quoi une union d’amour ?

Deux personnes qui se rencontrent, ce sont deux mondes qui se rencontrent. Mais cette ré-union n’est pas pour autant une union d’amour. La chose n’est pas simple, mais au contraire très complexe, la plus complexe qui soit. Chaque personne est un monde en elle-même : un mystère complexe, avec un lointain passé et un futur éternel.

Au départ de la relation, il n’y a pas d’union

Au début de la relation, il n’y a pas de véritable union, dans la très grande majorité des cas. C’est la lune de miel seules les périphéries se rencontrent. Et, les hormones remplissent les vide et donnent le change.

La lune de miel est la période durant laquelle, on perçoit les « bons côtés ». Les « mauvais côtés » ont du charme. Dans « mauvais côtés », cette notion très subjective, nous allons mettre tout ce qui ne vous met pas en joie chez l’autre. Les petits accroches-coeurs. Ces « imperfections » sont, ne l’oublions pas, le reflet des moindres qualités. Mais le feeling est là ou n’y est pas. C’est déjà une indication importante.

Si vous ne percevez aucun « mauvais côtés »…

Attention ! Vous faites peut-être fausse route vers une perception de l’autre qui ressemble fortement à un fantasme. A un moment donné, vous pourriez bien vous réveiller en vous disant « Tiens, je savais pas ! ». En réalité, c’est votre perception qui était biaisée ou vous qui aviez décidé consciemment ou inconsciemment de vous mentir.

Le temps passant, la relation avance vers l’union… ou pas.

Si la relation croît en intimité, devient plus proche, devient plus profonde, alors peu à peu, les centres peuvent se rapprocher au fur et à mesure des voiles qui se lèvent. Ils peuvent, parfois même commencer à se rejoindre si les conditions sont réunies.

Lorsque les centres se rejoignent, c’est ce qu’on appelle l’amour.
L’union d’amour devient alors possible.

Mais, au préalable, il faut abandonner ses masques, se livrer, être soi, entier(e) et authentiqueprésent(e) pour l’autre. Accepter de déposer les cuirasses qui entourent notre coeur; nos armures si lourdes et encombrantes.

Lorsque les périphéries se rencontrent, cela s’appelle faire connaissance ce n’est pas une union d’amour

Vous prenez contact avec l’autre, de l’extérieur, juste à partir du bord. C’est un peu comme tremper son orteil dans l’eau pour décider de sauter dedans ou pas.

A cet endroit, chacun garde ses masques sociaux et joue le jeu du rôle qu’il a choisi de porter. Fréquemment, les gens appellent la rencontre « amour ». Vous êtes alors dans l’erreur.

Faire connaissance n’est pas aimer. Il faut pouvoir commencer à rencontrer la véritable version de l’autre pour cela.
Il peut certes y avoir de l’affection, de l’attachement, mais ce n’est pas de l’amour. C’est de la découverte et on peut apprécier ce qu’on perçoit.

L’union d’Amour est une chose très rare.

Rencontrer quelqu’un en son centre, c’est passer soi-même par une révolution.

Car, si vous voulez rencontrer quelqu’un en son centre, il vous faudra lui permettre d’arriver, lui aussi à votre centre. C’est alors que l’union d’amour peu se faire.

Pour cela, il faut que vous-même vous ayez pu l’atteindre, votre centre.

Il vous faudra devenir vulnérable, absolument vulnérable, ouvert. C’est risqué. Mais c’est un challenge qui en vaut la peine. Ne serait-ce que pour vous. Pour que vous puissiez être l’expression de l’essence de qui vous êtes véritablement.

Pour l’union d’amour, il faut donner l’accès à votre centre et c’ est risqué.

Laisser quelqu’un accéder à son centre c’est risqué. Cette croyance cache une demie-vérité. Donner accès à son centre, lorsqu’on n’est pas encore une personne éveillée ou initiée, ce peut-être dangereux, car vous ne savez pas ce qu’il va vous faire. Et une fois tous vos secrets connus, une fois votre intimité dévoilée, une fois que vous êtes complètement exposé(e), que fera-t-il/elle ? Vous ne le savez pas. Alors, la peur est là. C’est pourquoi nous ne nous ouvrons que très rarement, exceptionnellement même.

Mais, pour un être spirituel, c’est l’unique possibilité de vivre une véritable union d’amour, si l’autre est aussi capable de lui donner l’accès à son centre.

Une simple rencontre et nous pensons que l’amour est arrivé mais l’union d’amour est loin !

Les périphéries se touchent et nous croyons que nous sommes véritablement rencontrés. Vous n’êtes pas votre périphérie. En réalité, la périphérie est la frontière où vous finissez, c’est la palissade qui vous entoure. Ce n’est pas vous !

La périphérie est le lieu où vous finissez et où commence le reste du monde. Même des maris et des femmes qui auraient vécu ensemble depuis de nombreuses années peuvent être des étrangers. Ils ne se connaissent pas l’un l’autre. Ils n’ont jamais expérimenter l’union d’amour. Plus longtemps vous vivez en couple avec quelqu’un, sans vous dévoiler et plus vous oubliez complètement que vos centres sont restés inconnus.

La première chose à comprendre est donc : ne confondez pas relation, couple et amour. Même si vous faites l’amour, même si vous avez une relation sexuelle, le sexe est, lui aussi, à la périphérie. De même la rencontre, la réunion, l’union et la fusion sont différents des processus différents.

A moins que les centres se rencontrent, le sexe n’est que la rencontre de deux corps.

Et la rencontre de deux corps n’est pas votre rencontre. Le sexe, lui aussi, reste une relation physique, corporelle, charnelle mais toujours superficielle. Par contre, vous ne pouvez permettre à quelqu’un de pénétrer jusqu’à votre centre que si vous n’avez pas peur, que si vous êtes crainte, confiant(e), serein(e).

Il existe deux sortes d’existences.

L’une est dirigée par la peur, l’autre par l’amour. Vivre dans la peur ne pourra jamais vous permettre une relation profonde. Vous restez craintif et vous ne pouvez laisser faire l’autre. Vous êtes alors alors dans l’incapacité de permettre à l’autre d’entrer en vous, vraiment jusqu’à votre cœur. Vous tolérez l’autre jusqu’à un certain point, mais juste derrière, vous avez érigé un mur infranchissable. Et là, tout s’arrête.

L’union d’amour n’est accessible qu’à celui ou celle dont la vie est tournée vers l’amour. 

Seul cet être qui vit et se nourrit d’amour est un être spirituel. Il parvient à avoir foi en l’autre, à lui faire confiance et l’accueillir avec ses défauts qu’il perçoit comme des opportunités de s’élever spirituellement en les sublimant. C’est à dire en les transmutant en réelles qualités.

Etre tourné vers l’amour veut dire : ne pas avoir peur de l’avenir, ne pas avoir peur du résultat ni des conséquences : vivre ici et maintenant. Mais c’est aussi commencer par s’aimer soi et s’accepter tel(le) que l’on est pour pouvoir s’unir à l’autre dans une union d’amour.

Texte inspiré d’Osho dans « Mon chemin, le chemin des nuages blancs. »

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :