Les 12 clés qui mènent au burn out

Comme nous l’avons abordé dans l’article Le burn out est la chance de votre vie , le burn out ne vous tombe pas dessus du jour au lendemain. Il est la solution d’urgence qui s’enclenche face à une avalanche de stress et de résistance qui grandit au fil des jours et des mois.

écrasé sous le poids de la résistance et de l'épuisementLes psychologues américains Freudenberger et North ont étudié le processus de mise en place du burn out. Ils ont déterminé que le burn out à lieu après la succession de douze étapes. A noter toutefois, les étapes peuvent s’imbriquer dans un ordre différent et toutes ne sont pas nécessaires.

Clé 1 : Succomber à l’ambition. S’investir cœur et âme en repoussant constamment sa santé et sa fatigue pour prouver toujours davantage nos performances professionnelles. Cette recherche de performance en vue d’une reconnaissance personnelle devient compulsive et sujette à la sur-enchère. Ainsi, on comprend que le burn-out ne s’attaque pas aux personnes qui se contentent de la médiocrité.

Clé 2: S’imposer des exigences excessives. Parce qu’ils veulent réussir et atteindre l’excellence, les personnes qui sombre dans le cercle vicieux du burn out mettent la barre haut, très haut, trop haut. Les points épuisants s’accumulent à l’instar des dossiers acceptés. Une incapacité à dire non s’en mêle. Ainsi, pour pouvoir tout gérer et tout boucler dans les temps, le temps de travail au bureau s’allonge, le travail commence à prendre le pas sur les soirées, les week-end, parfois la nuit. La personne devient dépendante et ne parvient plus à couper d’avec son travail et l’emporte même en vacances.

burn-out : écrasé sous la pressionClé 3 : L’oubli de soi, de sa santé, de son humanité, la négation de ses propres besoins vitaux.
A force de ne s’adonner qu’à son travail, tout le temps et toute l’énergie est fournie jusqu’à la dernière goutte au travail. Toute activité extérieure est éliminée. Par la suite, ce sont les besoins somatiques de base qui sont bâclés voir relégués au minimum vital. Ces besoins somatiques de bases tels qu’une alimentation saine, des pauses de ressourcement, un sommeil de qualité, une activité physique régulière et volontaire sont négligés.
Clé 4 : Difficultés à faire face au stress et tensions. La personne s’épuisant, sa capacité de résistance à des stress extérieurs et quasi inexistante. Ainsi, pour s’en protéger, elle réagit par une fuite généralisée face aux conflits et aux tensions. La personne à ce stade est consciente que quelque chose ne va pas chez elle, mais elle ne parvient pas à comprendre quoi et pourquoi. Même ses stress et  y compris les siennes propres.

Clé 5 : la régression des valeurs. La personne s’isole de plus en plus. Elle ne consacre plus de temps à sa famille, ses amis, ses loisirs… Elle se renferme sur elle-même. La discussion et les compromis deviennent impossibles. Son travail devient omniprésent et prioritaire sur toute autre chose. Ses propres valeurs semblent avoir changé et régressent. Le travail est devenu un dictateur qui a mis la personne à genoux au point de ne plus savoir ce qui est vraiment important pour elle.

ColereClé 6 :  le déni et la auto-déresponsabilisation. Pour la personne, son état est dû aux autres qu’elle accuse ouvertement. Pour elle, c’est la charge de travail qu’on lui inflige qui est responsable de son état de fait. Elle ne parvient pas à comprendre et accepter que c’est sa propre attitude qui a engendré ce changement progressif . Il lui sera quasiment impossible d’accepter, ni même d’entendre qu’elle est en partie responsable de ce déséquilibre. Une potentielle remise en question est alors compromise.

Clé 7 : le retrait. La personne se voit obligée (selon elle) par les circonstances de limiter au maximum les contacts sociaux afin d’assurer sa charge de travail. La fatigue l’accablant, elle est de moins en moins efficace et ses dossiers lui prennent de plus en plus de temps. Trouver des sources d’énergie est désormais difficile. Pour palier à son mal-être, les drogues, l’alcool, le tabac sont souvent appelés à la rescousse. La personne s’enfonce de plus en plus dans son cercle vicieux.

Clé 8 : le changement de comportement. L’accumulation des précédentes étapes a laissé de lourdes traces. Les cercles environnementaux de la personne ne peuvent plus ignorer les indices. Le changement de comportement, les sauts d’humeur, l’épuisement, les décrochages psychiques, le manque de concentration ne peuvent plus passer inaperçus.

Clé 9 : la dépersonalisation. Le degré d’épuisement est lourd. La personne n’est plus en mesure de prêter attention à elle-même, à ses besoins et à ceux d’autrui. Son champ de vision se restreint, elle ne traite plus vraiment les autres comme des personnes, ni elle-même d’ailleurs, tant elle est focalisée sur son but.

Croom-vide_sale_abandon_SnapwireSnapslé 10 : le Vide intérieur. La personne ne sait plus. Elle n’a plus envie de rien. Plus rien n’a d’intérêt, personne n’a d’importance. Seul son travail prévaut tel un réflexe. Il n’est même plus une fin en soi. Se rompre à travailler est devenu la seule raison de vivre. Lorsque le vide intérieur envahit la personne est qu’elle parvient à s’en rendre compte, elle le combat généralement par un surcroît de travail ou en ayant recours au tabac, à l’alcool, aux drogues ou au sexe.

Clé 11 : la Dépression fait son apparition. Le burn out inclut souvent (pas toujours) des symptômes de dépression. Ou peut-être est-ce les sujets à tendance dépressive qui succombent plus facilement au burn-out, allez savoir !

désespoir, fatigue, dépression, épuisementClé 12 : Déploiement final du syndrome d’épuisement professionnel : c’est le burn out ! La personne s’effondre. Elle ne parvient plus à rien. Son état requière des soins médicaux et psychologiques immédiats.

La survenue de ces étapes est plus ou moins marquée pour chaque personne. Certaines n’apparaîtront jamais. Pourtant quel que soit le nombre d’étapes vécues, chacune est intrinsèquement le signe qu’il est temps de changer immédiatement quelque chose et qu’il est temps de s’arrêter pour y réfléchir.

S’arrêter, ralentir et le point essentiel pour avoir une vie épanouie et heureuse. C’est justement ce qu’un grand nombre de personnes ne sait pas faire. Il n’y a qu’à voir la proportion de personne qui prennent l’initiative de se prendre en main en faisant appel à un coach !

Vous n’êtes pas seul(e) mais il faut que vous preniez la décision de vous faire aider.

L’amour de soi c’est aussi de prendre soin de soi même en acceptant d’être accompagné(e). Personne n’est indéfectible ni invincible. Nous avons tous des périodes difficiles, des crises, des caps plus complexes à dépasser. Osez essayer autre chose !

Se prendre en main et s’engager dans une voie de sortie et le premier pas vers le retour sur le bon chemin, le chemin du bonheur.


 

Demande d’accompagnement

Discrétion et confidentialité assurée

 

2 réponses to “Les 12 clés qui mènent au burn out

  • Merci pour cet article bien intéressant qui m’eclaire sur le comportement d’un de mes proches. J’aimrais vous l envoyer suiviez pour qu’il sorte de cette mauvaise pente. Faites vous ce type d’accompagnement ?

    • Bonjour bkfmum,
      Je suis heureuse que cet article soit aidant pour vous.
      Je suis touchée par votre message et la confiance que vous me témoignez. Je serai ravie d’accompagner cette personne. Mais, la première étape importante est qu’il ou elle prenne la décision de se faire accompagner volontairement. Vous pouvez lui indiquer la possibilité d’un accompagnement et lui laisser mes coordonnées libre à lui ou elle de se prendre en main, la décision lui appartient.
      Je vous souhaite une belle fin de semaine.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *