Les revers de la passion

La passion est brûlante, stimulante, excitante… et quelques revers…

Il m’a semblé que le sujet était opportun en cette veille de Saint Valentin.

La passion a la capacité de mobiliser et d’enflammer tout votre être…
Cela vous porte et vous emporte dans un sentiment grisant d’être pleinement transporté(e) d’amour, d’excitation et d’euphorie, mais pour combien de temps ?

La passion est une belle chose.

femme-danse-feu-particulesDans notre vie, on nous demande à plusieurs reprises :
C’est quoi ta passion ?
Comme s’il était entendu que nous en avions une.
C’est quoi la vôtre ? Quel espace prend-t-elle dans votre vie ?

Est-ce que vous pensez tout le temps à cela ? Est-ce une obsession ? Car la passion, a bien de cela; Mais pas toujours. L’excès existe quand on en vient à perdre de soi pour ne penser qu’au sujet de notre passion.

Passion : nom commun féminin.
État affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un.
Souffrances, supplices, douleurs
(Faire quelque chose) avec passion : avec une extrême ardeur, avec exaltation (généralement avec idée de persistance).
Amour violent et exclusif inspiré par une personne et dégénérant parfois en obsession
(surtout pluriel) : Vaincre ses passions.
Mouvement affectif très vif qui s’empare de quelqu’un en lui faisant prendre parti violemment pour ou contre quelque chose, quelqu’un.

La passion est une chose dévorante.

On lui reconnaît l’attribut du feu. Elle est dévorante. La passion consume. A l’instar de son élément feu, elle ne fait pas de sentiment, tout y passe.
Or, notre société a fait de la passion un idéal. On veut des sensations fortes, être emporté(e), transcendé(e)…
Avec la multiplication des histoires passionnelles dans les films, cela est devenue la norme. D’autant plus avec la prolifération des couples à court terme qui se répand.
On en vient à la relation kleenex. On prend, on utilise, on jette.
C’est tellement moins risqué en terme d’implication et de souffrance. A la moindre difficulté, tout le monde part en courant.
Est-ce donc ça l’amour ?
Prendre le meilleur, ne pas faire d’effort et abandonner à la moindre occasion ?
L’habitude est donc :
On se rencontre. On vit la passion. Et, au bout de 3 mois, voir 3 ans pour les plus tenaces, la « lune de miel » se termine. La passion hormonale s’est éteinte pour faire place à l’amour durable. Mais c’est moins trépidant. Alors on zappe. On passe à autre chose… ou pas.

Est-ce vraiment ça l’amour ?

La passion est, par essence, un excès.
Or, l’univers aime l’équilibre et combat les excès.
La passion se révèle donc être un leurre de courte durée. Néanmoins, elle peut correspondre à une stratégie adaptée pour ceux qui se révéleront être aventurier, inconstant, peureux, réfractaire à l’engagement ou en manque de confiance.

Car, il ne faut pas se mentir, pour qu’une relation dure, chacun doit y contribuer. Il n’est pas question de s’amoindrir, de se nier ou de s’obliger à être quelqu’un d’autre que juste soi. Mais, une relation ça s’entretient par de l’attention, de l’écoute, de l’indulgence et du partage.

Les plus anciens sages disaient que l’amour est ce qui a créé l’univers. Et, que si nous y regardons de plus près, l’amour est partout et ne peut donc pas être en excès.
Ils ajoutaient :

Il n’est pas possible de trop aimer.
Mais il est possible de mal aimer.
Mal aimer, ce serait vouloir posséder, enfermer, transformer l’autre.

L’amour est inconditionnel.

L’amour c’est juste aimer l’autre tel(le) qu’il/elle est dans son entièreté et son unicité.
Aimer, se vit au présent, pas dans la passé ni le futur.

Aimer c’est apprécier partager du temps ensemble. C’est accueillir les bons et les mauvais moments côte à côte.

Alors, comment souhaitez-vous aimer votre Valentin(e) ?

Une réponse to “Les revers de la passion

  • Bonjour, Oui c’est bien vrai ma chère L… !
    Ca tombe très bien pour la St Valentin
    A partager sur facebook

    Bises
    Mam’s

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *