Douter du doute une stratégie gagnante

­Douter du doute, cela peut vous paraître étrange, et pourtant…

Nos peurs nous gouvernent majoritairement alors même que moins de 8% d’entre-elles finissent par se manifester. En échange, elles nous empêchent d’avancer, de changer, de nous épanouir, d’être heureux.

Je suis désolée de constater, à quel point, il est difficile pour un humain de changer. Je finis même par douter que cela soit possible, ou ne serait-ce qu’envisageable…

Le doute me taraude fortement.

Cette vérité est pourtant sous mon nez depuis bien longtemps. Qu’est-ce qui fait que je n’y ai pas prêté attention avant ?

Peut-être que je n’étais pas prête ?

Ou parce que mon ego était trop occupé à vouloir me convaincre que je devais changer les gens et sauver le monde !
… envers et contre tout… même leur propre volonté et libre arbitre…

Car oui, l’ego fait cela. Il est un fin stratège qui sous couvert de donnes intentions, nous enferme dans nos travers.

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Je n’ai pas honte de le dire :

Moi aussi, j’ai pleinement joué le jeu du triangle dramatique. C’est bien pour cela que je peux en témoigner.
A trop vouloir être un sauveur, on finit par générer des situations toxiques desquelles il faudra sortir à un moment donner si on aspire au bonheur ou ne serait-ce qu’à être en paix.

 

Triangle dramatique de Karpman

A quoi me servirait-il de douter ? Et de douter de mon doute ?

En doutant de la réalité et de la vérité erronée héritée de mon ego, j’aurais évité de me battre contre des moulins à vents. Cela m’aurait évité de perdre du temps et de l’énergie… et d’être la victime de mon propre jeu.

Pourtant, en doutant de mon doute, il m’est possible de le, et me, remettre en question. Je peux, ainsi, permettre à mon intellect d’identifier la ou les exception(s) à ce constat. Alors même que précédemment, il avait fait un amalgame, une généralisation… je peux apercevoir des lueurs, des contradictions et des nuances.

Cela m’offre alors une autre vision, plus juste, plus large et plus complexe. Ce qui provoque une ouverture, d’autres perspectives d’évolution, des espoirs plus grands, du grain à moudre pour imaginer de nouvelles opportunités qui pourront émerger avec plus ou moins de créativité.

Plus le temps passe et plus le processus me semble évident.
En vérité, il semble que nous puissions mûrirtransmuter ou transformer les éléments qui nous constituent.

Rien ne change, tout se transforme

Ainsi, nous pouvons faire des ajustements, apporter de la mesure pour rectifier nos éléments en excès.

Et puis, finalement, d’un fruit vert, acide-amer et excessif, nous pouvons devenir un fruit mur, sage et doucereux en faisant dorer notre potentiel à la lumière de la conscience et au feu de l’amour. De cette possibilité, étonnement, je ne doute pas.

Alors, ne doutez pas de l’amour, il est ce qui fait se mouvoir l’univers. Mais doutez des peurs irréfléchies et non fondées qui vous maintiennent dans votre inertie : vos habitudes, votre incapacité à mettre en mouvement de nouvelles idées.

Croyez en vous et en votre intuition (l’amour qui vous anime). Mais doutez de votre intellect  car il est limité par la largeur de votre champ de vision et de vos connaissances.

Lorsque vous venez à douter, méfiez-vous de votre ego

Préparation esthétiqueVotre ego est rempli de peur. Il a peur de perdre son individualité. Il a peur de mourir, de ne pas être reconnu, de ne pas avoir d’importance… Alors, pour sa survie, il cherchera à vous duper. Il est la part de votre cerveau primitif, seule la survie, le territoire, la possession, le pouvoir l’intéresse, il est prêt à tout pour venir à ses fins. Mais si vous le laisser faire, vous vivrez une vie d’assujettissement à ses désirs.

La bonne question à se poser lors d’un doute est :

– Quelle part de moi est en résistance ou est la source de la demande ?

– Qu’est-ce que j’ai à y gagner ?

– Est-ce que cela fait vibrer mon coeur ?

– Est-ce que cela est bon, juste (éventuellement utile) ?

– Comment ça vibre à l’intérieur de moi ?

Si avoir plus, obtenir de la reconnaissance, se valoriser, posséder pus, obtenir plus de pouvoir, se venger… viennent en réponse, c’est que c’est votre ego et non votre âme qui parle.

L’âme est désintéressée, tout ce qui est lié à la matière ne l’intéresse nullement, elle vient expérimenter. Elle ne parle que le langage du coeur.

En doutant de vos pensées, de vos idées, de la réalité et la signification de vos boucles mentales, vous pourrez ouvrir une porte pour en sortir.

En quittant le tumulte du mental, vous pourrez vous connecter à votre âme et retrouver la paix.

Merci d’avoir lu cet article. Vous pouvez réagir ou poser une question en postant un commentaire.

Je vous souhaite une belle semaine

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *