Etre au bon endroit au bon moment

Etre au bon endroit au bon moment vs être au mauvais endroit au mauvais moment. C’est une préoccupation de tous les jours pour certain(e)s, d’autant plus présente depuis les attentats de Nice, Paris, Alep…

Mais la question est-elle vraiment celle-ci ?
Certaines personnes passent toujours « entre les flammes » même lorsqu’elles sont au mauvais endroit, au mauvais moment.
La question ne semble donc pas être celle-ci.
Serait-elle être au bon endroit au mauvais moment ? Peut-être pas plus !

Alors, cela dépendrait-il de la capacité de votre bonne étoile ou votre ange gardien à vous protéger et vous exprimer ses recommandations suffisamment fort pour que vous les entendiez ?
Peut-être est-ce le contraire !
Ce sont celles et ceux qui tendent suffisamment l’oreille pour entendre leur intuition… mais encore fait-il avoir suffisamment de discernement pour pouvoir adopter le comportement adéquate qui vous fera passer entre deux feux et ainsi vous laisser indemne.

A propos du bon endroit

Gentillesse et générositéC’est l’histoire d’une vieille dame qui vivait sur la frontière. Il arriva un jour un homme qui lui dit vouloir s’installer là pour élever ses enfants – mais celui-ci était triste d’avoir dû laisser ses amis dans son pays d’origine. Elle lui répondit :
– Oh ! Vous savez, ça ne change rien. Si vous aviez trouvé des amis là où vous viviez précédemment, vous en trouverez bien ici aussi !

Plus tard, un exilé survint est lui exprima combien il était content d’avoir déménagé car dans la ville dont il venait, il y avait une ambiance exécrable. Les gens étaient égoïstes, méchants et peu communicatifs.

Elle lui répondit :

– Mon frère, vous risquez de trouver la même ambiance ici. Si vous n’avez pu vous habituer aux gens de votre pays, je crains fort qu’il en soit de même ici !

Comme je l’ai déjà indiqué, notre monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. C’est un fait dû à nos filtres de perception.

Ainsi, où que vous soyez vous êtes au bon endroit et vous êtes au mauvais endroit, en même temps.

Ce qui importe, ce sont les filtres et les paradigmes qui paramètres votre perception et votre vision de la Vie.

Chercher un bon endroit, à l’instar de partir pour échapper à nos problèmes

Il y a une chose que j’ai expérimentée à 18 ans. Et, il m’a fallu peu de temps pour l’intégrer. A ce moment de ma vie, j’étais vraiment mal dans ma peau. Or, le lycée, c’était fini. J’avais obtenu mon Bac avec mention mais j’avais raté mon concours pour intégrer une école de design. Et, pour une fois, je n’avais pas prévu de plan B et encore moins un plan C. C’était la première fois de ma vie que j’échouais. L’un plus l’autre, c’était dur à digérer… surtout pour mon ego.

Alors, j’ai profité d’une aubaine pour partir. Ou plutôt devrai-je dire m’enfuir à l’étranger pour « changer de vie ». Partir pour le bon endroit. Sauf que, ce sur quoi je n’avais pas compté, au-delà de quelques déconvenues, c’est que tous mes problèmes de mal-être me poursuivraient… d’autant plus dans un pays oui, certes, je parlais la langue mais pas aussi bien que ma langue maternelle. Ajoutez à cela le manque de repères dans un espace culturel et spatial tout nouveau…

L’expérience s’est donc résumée à revivre la même chose dans un autre endroit.
J’ai donc écourté ma fuite pour rentrer régler mes problèmes en terrain connu. C’était la solution qui me semblait la plus juste et la plus efficace.

A la recherche du bon moment

Partir à la recherche du bon moment, selon moi, c’est comme partir à la recherche du temps perdu. D’ailleurs, blague à part, je ne sais pas si vous avez tenté de lire ce livre… pour moi, cela s’est vraiment révélé être du temps perdu.

Attendre le bon moment, c’est bien, attendre le moment parfait, c’est une excuse pour procrastiner.

Le moment idéal c’est maintenant.

Sinon, vous ne faites que maintenir la situation dans la durée.

C’est comme essayer de gagner du temps avant de mettre les pieds en dehors de notre zone de confiance. Alors oui, ça fait peur.
On a des appréhensions à sauter le pas.
L’idée est inconfortable.
Mais la situation actuelle ne l’est-elle pas aussi ?
Quel est le plus grand risque ?
Continuer à gouter votre mal-être et votre confort pour le reste de votre vie ? ou prendre le risque de vous délecter d’une nouvelle situation qui vous conviendra mieux quitte à passer par une période de deuil ?
Car oui, peut-être que vous devrez faire un deuil suite à la perte d’une situation qui ne vous convenait pas et vous rendait malheureux/se.

Mais de quoi avez-vous peur ?
De prendre plaisir à Vivre la vie dont vous rêvez ?

Alors, c’est où et quand être au bon endroit au bon moment, pour commencer à Vivre la vie dont vous rêvez ?

Soyez libre de poster un message, un partage, une question, un commentaire.

Je vous souhaite de commencer cette semaine en choisissant enfin de Vivre !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *