Je veux guérir !

Je veux guérir !

Guérir… arrêter de soigner temporairement pour guérir durablement.

En tant que thérapeute, je reçois au cabinet des personnes en souffrance, expérimentant la maladie, en situation de mal-être, en recherche de sens…

Pendant longtemps, j’ai rejeté mon statut de guérisseuse. Tout d’abord, parce que cela me semblait difficile à endosser. Le regard de l’autre, me considérant guérisseuse m’importunait. Mon compagnon de l’époque, lui-même avait du mal avec cette part de moi. Et, je subissais le syndrome de l’imposteur.

Des plus grands que moi, ont expérimenté la même chose. Tom Sugrue dans la revue américaine rapportait déjà en 1901, en parlant d’Edgar Cayce :

« L »amour le poussa à oser, enfin, poursuivre cette activité qui lui valait tant de critiques et tant de doutes. On le traita de charlatan, de fou, de spirite, d’hypnotiste, de fraudeur… Peu importait, en face du service rendu avec amour à son prochain en souffrance« 

Cette étiquette de « guérisseuse » me semblait bien lourde à porter. J’avais du mal à m’accepter comme telle, et mon miroir personnel (entendez mon compagnon) le rejetait également. La situation était bien inconfortable. Mais, notre nature profonde (entendez notre âme si vous le souhaitez) trouve toujours un moyen d’émerger pour prendre sa place et s’exprimer.

Amour inconditionnelLa conséquence a été la maladie.

Refoulant une part de moi, je suis donc devenue de plus en plus malade. Cela a commencé, par des problèmes de peau, de dos… et je vous passe le reste. La maladie est une forme d’appel de l’âme. Sa manière de faire passer un message.
C’est souvent le seul moyen pour elle de s’exprimer. Notre mental fait tellement de bruit alors qu’elle ne peut que susurrer !

Il semble, malheureusement, que le passage par la douleur et/ou la souffrance soit souvent l’unique moyen par lequel l’humain daigne évoluer.

On commence par soigner

Soigner, c’est apporter un soin. C’est par exemple : désinfecter une plaie et mettre un pansement.
Et j’ai commencé doucement ainsi. Je me suis soignée. Enfin, j’ai surtout fait disparaître temporairement et par vague les conséquences apparentes et extérieures de mon mal. Un pansement sur une hémorragie n’est pas suffisant !

Puis, la vie m’a ramenée vers mon chemin, par un sentier détourné.

J’ai soigné qui le voulait bien dans des ateliers de pratique de Reiki. Puis, forte de mes succès, je pratiquais le Reiki Kundalini à la petite semaine. Mais je n’étais pas satisfaite. L’efficacité était trop temporaire. Malgré un douzième niveau et un statut de « Maître », j’ai choisi de ne pas enseigner et de continuer mon chemin.

Car, il faut se l’avouer, soigner élimine le symptôme, pas sa cause. Or, si la cause n’est pas traitée, à un moment ou un autre, le problème ressurgit au même endroit… ou un peu plus loin.

A la recherche de LA solution

Ceux qui me connaissent le savent, je suis une chercheuse de solution(s). J’observe, j’essaie, j’ajuste, je teste, … je fais bouger tous les rouages au fur et à mesure jusqu’à trouver la clé qui ouvrira le cryptext.

Alors, j’ai compris que guérir est un cheminement. Cela demande de l’engagement personnel, d’accepter de se transformer pour pouvoir Etre.

L’expérience m’a appris que certaines personnes, malgré, leurs dires souvent redondants, ne souhaitent pas guérir pour de vrai. Elles ont besoin de continuer à être malades. C’est ce qu’on appelle un bénéfice secondaire. Il est parfois conscient mais le plus souvent inconscient.

D’autres, ont la nécessité de rester malades pour provoquer le changement chez l’autre. C’est une sorte de mission de vie. La guérison viendra quand ce qui doit changer aura changé. Mais là, on rentre dans les profondeurs complexes de certaines problématiques de vie et d’évolution.

Aller plus loin pour guérir

Pour en savoir plus, venez me rencontrer au salon Salon du Bien-Être Bio & Thérapies, au Centre Expo Congrès de Mandelieu, Samedi 18 mars à 11h, pour la conférence que j’animerai salle Terra « Guérir : un cheminement à la rencontre de Soi » .

Vous avez la possibilité de réagir en postant un commentaire.

Merci d’avoir lu cet article et au plaisir de pouvoir vous rencontre au salon stand n°

Bonne semaine

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *