La vertu du pardon

Le pardon est une chose extrêmement importante. De tout temps cela a été dit à l’homme. Cela est inscrit dans la plupart des livres sacrés. Mais j’aimerais amener une lecture un peu plus compréhensible.

Le pardon c’est quoi ?

Le pardon, ce n’est pas dire que nous avons mérité ce que nous avons vécu. Ce n’est pas renier notre propre sentiment d’injustice ou de justice. Ni chercher à savoir si c’est bien ou si c’est mal. Non, cela n’a rien à voir avec cela.

Pardonner est plus complexe que cela.

Pardonner c’est accepter que l’autre peut être imparfait, peut être injuste, peut faire des erreurs… et que tout cela est humain.

Mais en quoi pardonner est-il important pour soi ?

Il peut être utile de se souvenir que l’autre est une part de soi. Notre ego essaie de nous faire croire que nous sommes séparés du reste du monde. Mais, en réalité, nous sommes aussi séparés de l’autre que deux cellules que deux cellules de la peau de notre main.
Nous sommes tous interconnectés. Cette notion est parfois difficile à comprendre ou à appréhender. Pourtant, nous faisons tous partie d’un même Tout. A un niveau nous pouvons nommer ce dernier l’Humanité.

Mais, il y a un autre principe qui est important. L’autre vient toujours nous challenger. Les difficultés existent uniquement pour nous faire grandir. Tout n’existe que pour nous offrir des expérimentations.

Ainsi, l’autre, qui nous fait souffrir, qui nous blesse, qui nous rejette, nous abandonne, nous renie, nous humilie… nous permet de grandir et de guérir.

Pardonner passe par …

J’ai été blessé(e) et déçu(e) mais quelle part de moi a été touchée ?
Quelle partie de moi réagi ?
Quel est alors le comportement automatique qui s’enclenche ?
Est-ce seulement mon ego ?

Dans ce dernier cas, c’est une information qui nous permet de savoir que la problématique est juste mentale. Il s’agit juste d’une idée. Par conséquent, elle est insignifiante et nous pouvons facilement la déposer et passer à autre chose. Les idées n’existent pas, ce sont des illusions. Elles sont virtuelles. Elles n’existent que parce que notre mental s’y attache et les rejoue en boucle et les nourrit jusqu’à les amener à se matérialiser.

Pardonner l’autre, c’est se libérer soi

Tant que vous ne pardonnez pas sincèrement l’autre, vous êtes attaché à la faute de l’autre dans le subtil. Et, cela pèse sur votre être d’un point de vue énergétique notamment. Ainsi, pardonner l’autre, c’est se libérer soi.

Se libérer, c’est accepter de se libérer de la rumination intérieure.

Je sais pertinemment que cela est parfois difficile. L’idée n’est pas d’oublier. Vous n’avez pas à oublier cette expérience de votre vie car elle est constructive. Mais simplement de lâcher-prise sur cette casserole car personne n’est infaillible.

Pensez à cela :
A des moments de nos vies, nous aussi, nous nous trompons, nous fautons, nous dérapons, nous faisons une erreur sans nous ne rendre compte… à ce moment-là, n’aimeriez-vous pas qu’on vous pardonne ? Préfèreriez-vous être jugé(e) et rester imprégné(e)de ce faux pas et le traîner comme un boulet jusqu’à la fin de votre vie ?

Alors, pourquoi ne pas offrir cela à l’autre ?

« Aime ton prochain comme toi-même. »

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.« 

– Matthieu 6:14-15

Je cite des versets de certains livres sacrés. Mais je tiens à préciser que je le fais en dehors de toute implication religieuse. Je suis en dehors de toute religion, mais ma part spirituelle, vous l’aurez compris est développée. Les livres sacrés, selon moi recèlent de grands savoirs et offrent de beaux éléments pour nourrir notre compréhension. Il me semble important de s’en inspirer. Si vous êtes en rejet par rapport à cela, réfléchissez à la cause de ce rejet. Car on peut ne pas adhéré sans avoir à réagir contre.
Soyez libre d’adapter, ce qui est amené, à vos propres croyances. Votre père céleste peut-être intérieur, il peut être votre conscience supérieure, votre sagesse intérieur.

Pardonner est un acte d’amour pour Soi.

Une fois l’intention de pardon posée, l’enseignement qui découle de cette expérience compris, vous ne pourrez que constater à quel point vous serez plus léger(e), plus libre, plus grand(e), plus heureux/se… alors pourquoi ne pas vous offrir ce cadeau ?

Cela vous permettra de vous libérer de votre passé pour pouvoir vous offrir un futur plus beau.

Demander pardon à l’autre

Revisiter la situation avec le point de vue de l’autre pourra également vous faire percevoir, que vous avez également joué un rôle dans le problème. Toute relation se joue au moins à deux.

Dans ce cas-là, soyez courageux/se et juste, vous aussi, autorisez-vous à demander pardon.

La question n’est pas de savoir si vous avez la plus grande part de faute ou si c’est l’autre, c’est simplement de donner et offrir du pardon.

Alors, pardonnez-moi, si j’ai pu vous choquer, vous toucher à certains endroits douloureux ou peut-être simplement parce que je n’ai pas été suffisamment précise à certains moments.
Pardonnez-moi !
Vous avez la possibilité de vous exprimer en déposant un commentaire ou une question.

Je vous souhaite une agréable semaine.

2 réponses to “La vertu du pardon

  • Article très juste et que j’approuve totalement même si c’est difficile parfois de pardonner le mal que l’on a pu nous faire ! Cela nous permet somme toute de s’en trouver libéré(e) et plus légèr(e). Merci à toi.

    • Merci pour ton message. Oui, effectivement, cela nous libère. Mais, ce qui est vraiment important c’est de mettre le doigt sur l’enseignement qui nous est transmis l-par le biais de ce « mal ». Pour que cela devienne un « mal » pour un « bien ».

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *