Rien ne va dans ma vie !

Rien ne va dans ma vie !

Le boulot, ça va pas
Mon couple ça ne va plus
mes voisins me cassent les pieds
ma famille me prend la tête
ma mère me gonfle
Je me trouve moche
J’en peux plus de ma voiture qui a toujours un truc qui ne va pas
… je crois que je vais tout plaquer et disparaître.

La loi des séries, vous y croyez ?

Je ne compte plus le nombre de fois où la série « rien ne va dans ma vie » est arrivé à moi.

Il est courant que mes clients arrivent en séance et me représente cette vieille dame.
Au départ, ils veulent tout changer. Absolument tout ! Et même ce qui a toujours parfaitement fonctionné perd de son attrait.

Pourquoi veut-on tout plaquer et disparaître ?

J’me tire ! oui, vous savez, le ras-le-bol qui fait partir. Vous connaissez certainement la chanson de Maître Gims reprise x fois.
Qu’est-ce qui fait partir sans motif ? Souvent c’est une petite goutte qui fait déborder le vase. C’est un fait souvent anodin qui déclenche l’impulsion.

L’impulsion qui permet de sortir de notre zone de confort pour passer à autre chose.

Mais disparaître, partir, se tirer, aller à l’autre bout du monde… pour quoi faire ?
Confrontés à des situations de crise, il n’existe pas 1000 manières de réagir.

1-La fuite

La fuiteC’est un réflexe de notre cerveau reptilien qui se met en marche. Il y a un danger ? On prend la fuite pour l’éviter. C’est un réflexe de survie. Pourtant, face à un prédateur, ça peut fonctionner.

Face à votre famille, amis, proches… la fuite ne fait que retarder l’échéance et empêche d’enclencher le dialogue. Mais c’est la solution la plus innée pour les personnes qui ont peur du conflit.

2- Faire le mort / la morte

Faire le mortCette technique appréciée par plusieurs espèces a fait ces preuves face aux prédateurs du type félins (entres autres) qui aiment jouer avec leur victime.

Ceux qui ne chassent pas que pour se nourrir mais aussi pour se distraire et imposer leur suprématie. Toute ressemblance avec un humain n’est pas fortuite !

Mais, faire le mort / la morte est la situation du faible qui se couvre de déni et devient une proie (ou victime) récurrente. Et le prédateur continuera à jouer avec lui, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Une fois vraiment morte, la proie n’aura alors plus aucun intérêt.

3- Attaquer

La troisième et dernière solution, c’est l’attaque. Entendez-vous dans votre tête ce dicton :

La meilleure défense, c’est l’attaque !

N’avez-vous jamais vu un petit chaton tout poil hérissé attaquer un molosse qui part en courant apeuré par l’ennemi ?
Le secret de ce petit chaton c’est son comportement, son attitude et sa foi en sa capacité de faire peur à ce géant.

Faire front - entamer la discussionHabituellement, on recense 3 comportements ou stratégies de survie face au danger. Toutefois, dans le cas de conflit, j’introduirais un autre comportement dans la lignée de l’attaque mais avec un comportement un poil moins extrême :

Faire front

Bomber le torse et aller affronter l’adversaire en cherchant à instaurer un dialogue. Cela permet de se faire respecter, de gagner en charisme, de crever l’abcès et éventuellement de déboucher sur une solution plus durable.

 

A vous de faire votre choix ? Il n’y a pas de mauvais choix.

Chacun est libre de vivre sa vie comme il l’entend.

Passons à la seconde interrogation :

Je veux du changement dans ma vie. Je vais tout changer !

Certains voient le changement poindre avec horreur, d’autres y voient une opportunité.
Mais le changement n’a pas besoin d’être général pour tout changer.

L’humain a tendance à globaliser, à faire des « lots ». Résultat, quand un mécontentement surgit dans notre système, tout le système semble être source de mécontentement.

Quand je parle de système, j’entends l’ensemble des éléments faisant partie de notre vie qui sont en interaction. (définition du terme « système » selon Wikipedia)

Or, un des principes en systémique est qu’en modifiant uniquement un élément, cela remet en cause l’équilibre de tout le système. En effet, le système fonctionne selon un équilibre très complexe. Le moindre changement met l’ensemble en déséquilibre. C’est la période d’inconfort. Tous les éléments vont tendre à se modifier jusqu’au moment où le système retrouve un équilibre parfois totalement différent du premier.

Comment arriver au nouvel équilibre ?

Cette question sera traitée dans un nouvel article !

 

Merci de me faire par de vos commentaires, interrogations, réflexions, etc… en postant un commentaire ci-après.

A bientôt !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *