Se libérer de la dépendance affective

Il me semblait nécessaire de développer cet article sur la dépendance affective car je la rencontre bien souvent; trop à mon goût.

A mon sens, tout au moins d'après ce que j'observe, l'éducation, dans notre civilisation, s'appuie sur la dépendance affective et son petit frère, le chantage affectif.

"Mange une cuillère pour faire plaisir à papa."

"Si tu es gentille, je t'emmènerai au cinéma."

"J'ai trop besoin de toi pour que tu puisses partir ce week-end. Cela me rendrait malheureuse à en mourir. Comment vais-je faire sans toi ?"

"J'ai de la peine quand tu ne viens pas me voir. Viens, je te donnerai de l'argent."

Je tiens à préciser que je n'entends jeter la faute sur personne; car des fautes, il n'y en a pas. Chacun reproduit inconsciemment la manière dont il/elle a été élevé(e). C'est une sorte de loyauté culturelle familiale.

La dépendance affective, c'est quoi ?

La dépendance affective peut prendre de nombreux visages. Mais le principe est toujours le même.

Le bonheur de la personne est dépendant de l'expression de contentement et de bonheur de l'autre.
Autrement dire, vous ne pouvez être heureux/se que si vous parvenez à rendre heureux/se(s) l(es) autre(s). Autant vous dire que c'est quasiment peine perdue.

Je peux vous en parler en connaissance de cause. J'ai expérimenté cela pendant près de 20 ans de ma vie. Sauf que ma spécialité était de jouer cette dépendance avec un(e) insatisfait(e) chronique. Hé oui ! Sinon, cela aurait été trop facile 😉

Pourquoi faire simple lorsqu'on peut faire compliqué ? Quand il n'y a pas de challenge, il n'y a pas de mérite ! Non, j'ai effacé cette croyance de mon système depuis. Heureusement pour moi !

La dépendance affective… ça vient d'où ?

J'insiste sur le fait que ce que je vous retranscris ici est le fruit de mes expériences et expérimentations.

La dépendance affective semble prendre racines dans différents systèmes relationnels antérieurs à la situation actuelle. Elle prend place dans le cadre de la relation entre le "moi" et "les autres" et de l'illusion globale de ce que l'individu ce fait de sa propre image et de sa vie.

Tout cela se crée dès la petite enfance quand le bébé commence à prendre conscience qu'il est séparé de maman.

Il apprend par la suite que lorsqu'il fait telle ou telle chose maman lui sourit, lui fait un câlin, lui porte de l'attention,... et cela continue toutes les années suivantes durant sa croissance. Il a donc apprendre à faire pour avoir et recevoir de l'amour.

Ca y est tout y est, le décor est dressé.

Il suffira ensuite de reproduire la même dynamique, la même stratégie ad vitam aeternam.

Il existe plusieurs types de dépendances affectives

On constate aussi différentes puissances et de multiples causes.
Le seul point commun à toutes ces variantes est un déficit de construction chez l’enfant, vis-à-vis de lui-même et de sa valeur, et ce dès le plus jeune âge de sa vie.

L’enfant peut avoir plusieurs utilités/fonctions pour les parents :

  • enfant transfert : il porte les espérances déchues d'un ou des parent(s). Son parent attend de lui qu'il réussisse là où lui a échoué.
  • enfant objet : despote asservi à la famille par le biais du chantage affectif et de la culpabilisation
  • enfant poubelle : utilisé pour réconforter papa ou maman, ou tenu d'absorber le mal-être parental
  • enfant ami/de compagnie : servant de substitut au parent en mal d'ami ou de relation.

Parfois même, cela se joue dès la conception selon qu’il ait été désiré ou non.

Dans le cas de l'enfant non désiré, la stratégie que le(s) parent(s) adopteront pourra avoir son importance (rejet ou déni)

Les véritables raisons du désir d'enfant joue aussi son rôle.

L’enfant peut être :

  • trop désiré et choyé : enfant roi, étouffé par ses parents, trop couvé rendu dépendant, craintif vis-à-vis de l'extérieur...
  • de remplacement : suite au décès d’un frère, soeur, parents...
  • ciment du couple : pour faire perdurer le couple, pour retenir le conjoint...
  • descendance : sa raison d'être étant de pérenniser le nom, faire perdurer la lignée

Il existe encore bien d'autres configurations, mais toutes reposes sur le même type de structure.

Comprendre la construction de la dépendance affective

Le point de départ est de comprendre qu'il y a un problème. Ensuite, identifier qu'il s'agit de dépendance et identifier la cause de départ.

Généralement, cela vient de l'enfance et est causé par un manque de structure et de conscience individuelle des parents.

L'enfant, lui s'adaptera nécessairement  à eux et se construira selon leur schéma comportemental. Puisqu'il s'agit du seul mode de fonctionnement qu'il connaît. Il joue alors le "jeu" familial.

Durant cette période l’enfant se construit. Et comme tout humain, il a besoin d'amour, et de ses parents en premier lieu. Il va alors chercher à s'adapter. Il créera ainsi un masque. Et, si cela ne suffit pas, il peut aller jusqu'à la construction d'un faux-self.

qui êtes-vous vraiment ? Il s'agit un personnage fictif basé sur les désirs et attentes parentaux ayant pour but d’attirer leurs bonnes grâces et leur Amour.  Ce Faux-self existant dans quasiment chaque dépendance affective.

J'aborderai le faux-self dans un prochain article.

Etapes pour sortir de la dépendance affective :

1 - Identifier le contexte de la dépendance affective (amoureuse, amicale, familiale, sociale...)

2- Se reconnecter à l'instant présent et prendre de la hauteur pour sortir de l'illusion

3- Comprendre le besoin que l'on cherche à combler (liste des besoins)

4 - Trouver un autre moyen, une autre façon d'y répondre par soi-même, de façon autonome, sans être dépendant(e) de quelqu'un d'autre.

5 - Se redonner de la valeur, de l'estime de soi

6 - S'accepter tel(le) que l'on est vraiment, se reconnaître dans son entièreté et se reconnecter à Soi

7 - Décider d'être heureux/se en apprenant à se faire du bien à se faire plaisir par soi-même

8 - S'aimer Soi pleinement et entièrement

9 - Redéfinir la notion du vrai amour

Si vous souhaitez sortir de la dépendance affective mais que vous n'y arrivez pas seul(e), n'hésitez pas à me solliciter. J'aurais plaisir à vous aider. Planifier une consultation

Je vous souhaite une agréable semaine.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *