Menu

Que représente le loup du Petit Chaperon Rouge de Grimm ?

La semaine dernière, nous avons étudier les autres personnages du conte le Petit Chaperon Rouge selon les frères Grimm. Cette semaine, nous nous attelons à la symbolique du loup du Petit Chaperon Rouge qui, à lui seul, est une sacrée énigme !

Si vous n’avez pas lu l’article précédent, commencez par là : Le sens caché du Petit Chaperon Rouge

Le loup est le méchant ?

Pourquoi « c’est toujours comme ça dans les contes pour enfants, à chaque fois, c’est le loup qui est le méchant » ?
Cette question me vient d’un morceau de Chinese man. La réplique m’a toujours marquée.
C’est vrai ça; pourquoi ?

Parce que c’est un animal sauvage et féroce qui faisaient peur dans les temps d’avant semble être la réponse évidente. On l’accusait même de manger les petits enfants qui se perdait dans la forêt.

Oui, mais non.
Le loup, oui, ok on le trouve toujours à la mauvaise position. Mais la louve romaine n’a-t-elle pas sauvé Romus et Rumulus, les jumeaux romains reconnus comme les descendants de Mars, dieu de la guerre ? Certes, oui. En tout cas, c’est ce que raconte la légende.

En alchimie, le loup est aussi lié à Mars, et reconnu comme le petit fils de Saturne (symbole de la limitation, de l’avarice, il est le plomb bleu).

Mais, il revêt aussi un autre aspect, celui du mercure. Tout comme Anubis, Dieu à tête de chien qui avait une importance considérable.

Sinon, le loup n’est-il pas un chien sauvage ? A moins que ce soit le chien qui soit un loup domestiqué ?

[…] les Philosophes Hermétiques cachent, sous le nom de Loup, leur matière perfectionnée à un certain degré.
Basile Valentin (12 Clefs, Clef I.) dit qu’il faut prendre un loup ravissant & affamé qui court dans le désert, en cherchant toujours de quoi dévorer.

– Contes Egyptiens et grecques dévoilés – 1758.

En vérité, Basile Valentin précise :

Si donc tu veux opérer en nos Matières, prends un Loup affamé & ravissant; sujet, à cause de l’étymologie de son nom, au guerrier Mars; mais de race tenant de Sature, comme étant son Fils.
On le trouve dans les Vallées & sur les Montagnes, toujours mourant de faim.

– Basile Valentin (12 Clefs, Livre II. Clef I. de l’Oeuvre des Philosophes) – 1741

L’antimoine, ce loup gris qui a fait couler beaucoup d’encre

Mais, il s’agit-là de l’antimoine. D’ailleurs, la plupart des alchimistes ne mentionne que ce loup gris qu’est l’antimoine. Or, ici, il n’est pas précisé que ce loup soit gris ou de tout autre couleur. On nous indique par contre d’une certaine manière qu’il est affamé et ravissant.
Basile Valentin a beaucoup étudié l’antimoine et ses caractéristiques très variées. Il en a même fait un écrit de 169 pages nommé Le Char Triomphal de l’Antimoine. 

Pour le moment, il semble que cela ne nous mène à rien. On apprend uniquement que cet antimoine est malin (arsenical) mais aussi un remède puissant.

L’antimoine a les quatre extrémités et qualités en soi avec leurs propriétés. Il est froid, humide, sec et chaud, il se règle selon les saisons de l’année. Il est fluide et fixe. Celui qui est fixe n’est pas sans poison; et celui qui est fixe est libre de tout poison.

– Le Char Triomphal de l’Antimoine – Basile Valentin – 1604

Frère Basile Valentin, dont l’existence a beaucoup été remise en cause, aurait été un religieux de l’ordre de St Benoit. Il a découvert de nombreuses vertus à l’antimoine et annonce même :

« On le peut même appelé un des sept miracles du monde ».

Vous voyez qu’il n’est pas toujours qu’un grand méchant le loup gris  😉

Du coup, j’ai étudié Le Char Triomphal de l’Antimoine qui n’est autre qu’un traité sur l’usage et les opérations alchimiques liées à l’antimoine. Et devinez quoi ? Ben cela m’a amené dans un cul-de-sac migraineux.

Alors, il a fallu aller voir ailleurs

Le loup est aussi lié à Apollon, Dieu séducteur qui n’avait pourtant guère de succès en amour.

Et là, pour moi, c’est le drame Apollon et son char juste après l’étude du char triomphal de l’antimoine dont je n’ai presque rien tiré .

Allez, je libère tout ça et on continue…
Apollon  est le Dieu des Arts : chant, musique, poésie mais aussi de la lumière, du soleil, de la beauté masculine, de la guérison, de la purification, des prophéties et de la divination.

Ses outils sont l’arc, les flèches, la lyre et la cithare. Son surnom est « Loxias » ce qui veut dire l’oblique. Il n’est donc pas droit… ce qui explique pourquoi il use constamment de subterfuges.

Il est aussi ce Dieu séducteur qui n’arrive à conquérir aucune femme.

Toutes se refusent à lui, et il est obligé de jouer de subterfuge pour s’unir à elles. Même lorsqu’il se tourne vers de jeune hommes, la malchance le poursuit. On ne lui connait que des aventures ou plutôt des mésaventures. Là encore, cela ne nous mène pas bien loin. Mais, on peut avoir un peu de compassion pour lui au moins 😉

Par contre, si nous restons dans le registre des mythes, il me semble intéressant de faire un détour par celui de Prométhée qui partage avec Apollon son affection pour les humains. Oui, n’oublions pas qu’Apollon est attiré par les filles et les fils de hommes… pas par les déesses ou les dieux. Il s’éprend aussi parfois de quelques nymphes.

Le mythe de Prométhée.

Par rapport au mythe de Prométhée, qui a osé dérober le feu de l’Olympe pour le donner aux humains, il y a un point qui nous intéresse. C’est celui de l’aigle qui est symboliquement très proche de celui du loup. Les alchimistes disaient que l’aigle (élément insatiable) n’était que le mercure aussi vorace (mais un peu plus volatile) que le mercure loup, un mercure rouge et vorace. On lui reconnait une vertu de dissoudre, répandre, fondre. Or, on sait que la dissolution de la matière se fait dans la noirceur. Et, il est maintenant posé que le loup :

1- ne peut pas dissoudre la matière (le petit Chaperon Rouge et la grand-mère) que la nuit tombée ou dans un endroit fermé protégé de la lumière comme dans la maison de la grand-mère.

2- est un mercure rouge qui dissout et transforme donc la matière.

Cela explique un certain nombre de choses, n’est-ce pas ?
Ce qui me questionne c’est :
Pourquoi la grand-mère et le Petit Chaperon Rouge sortent intactes du ventre du loup ?
Rien ne nous est dit à propos d’une dissolution ou d’une quelconque transformation… à priori…

Notons que le loup du Petit Chaperon Rouge n’est pas gris.

On ne mentionne pas grand chose à propos de lui à part qu’il veut faire un festin. Il reconnait la beauté des fleurs et qu’elles sont susceptibles de faire plaisir. Le Loup du Petit Chaperon Rouge a donc la capacité d’avoir de élans de séduction ou de bonne éducation.

Il n’est pas, non plus mentionné qu’il a de grandes dents.

Cela nous évitera de faire un éventuel contre sens. Les grandes dents indiquant qu’il est vorace. Celui-ci cherche une proie pour faire un festin.
Ah bon ? Ce n’est pourtant pas ce qu’on nous a dit avant pourtant ?

Oui mais non. On insiste sur ses grandes oreilles, ses grands yeux et ses grandes mains. Hein ?!? ses grandes mains .
Donc, notre loup a des yeux pour bien voir, des oreilles pour bien entendre et des mains pour bien agir. Ce serait bien que plus d’humain ait cela non ?

Et puis, j’ai encore cherché, fouiné, réfléchit, cherché l’inspiration, et, il y avait bien un truc, mais je n’arrivais pas à le saisir. Alors, j’ai continué à mettre le nez dans des livres d’alchimie, d’hermétisme, de symbolique… mais rien. Juste des loups gris et voraces. Sauf que notre loup à nous est spécial, il ne mange que les sujets de la gente féminine lorsqu’elles sont en dehors de la grand-route.

Le loup avale la grand-mère et le Petit Chaperon Rouge

Donc résumons : Le loup avale la grand-mère puis ingurgite le Petit Chaperon Rouge. En passant par sa gueule, elles meurent toutes les deux. Et, le chasseur, en découpant le ventre du loup, les fait renaître à la vie par cette délivrance. Nous sommes semble-t-il devant un cas de renaissance initiatique… ou pas !

Lorsqu’un apprenti est avalé par un loup, cela revêt un sens symbolique de renaissance. Oui, mais uniquement s’il revient à la vie en ressortant par sa gueule !

Alors qu’en conclure ? A vous de choisir.

Que le processus de mort et de conduite aux enfers n’a, par chance, pas pu être achevé grâce à l’intercession du chasseur ? Ou qu’il s’agit d’un autre processus… Mais alors, de quoi s’agit-il ?

La seule réponse plausible semble cachée dans ce principe :

Un poison attire à soi un autre poison et le chasse de nos corps plutôt que tous les autres antidotes ou contrepoisons. Et cela à cause de la sympathie et la ressemblance de nature.

– Le Char Triomphal de l’Antimoine – Basile Valentin

Cela reviendrait à dire que le loup fonctionnerait comme un antidote de purification.

Le loup étant féroce, vorace et mauvais, son action est de retirer toute forme de férocité, de voracité (gourmandise) ou de méchanceté (mal) à la grand-mère ou au Petit Chaperon Rouge.

Il représenterait donc bel et bien l’élément de transmutation que nous n’avons pas identifié dans le conte jusque-là. D’ailleurs, cela coïnciderait avec ce que nous trouvons dans la seconde partie du conte : La grand-mère n’est plus malade et la fillette moins naïve fait désormais preuve de vigilance. Elle a été guérit de son ignorance.

L’ignorance est le pire des malheurs.

– Mikhaël Omraam Aïvanhov

Elle sait reconnaître le mal. Par ricochet, la fillette et sa grand-mère ont pu bénéficier des bonnes vertus transmises par le loup : des yeux pour bien voir, des oreilles pour bien entendre et des mains pour bien agir. Trop bien, non ?

Ok, mais tout cela a encore un goût de non-fini.

De quoi notre grand-mère était-elle malade ?

Il me semble que nous avons négligé cet aspect la semaine dernière. La grand-mère, à mon sens à un sens plus profond que celui évoqué. La grand-mère devrait être entendu comme la grande mère qu’on appelle aussi la grande mer. C’est-à-dire l’archétype de la mère supra-individuelle. Cette grande mère étant considérée comme :

la première forme que prendre pour l’individu l’expérience de l’anima

– Carl Gustav Jung

[Attention Jung est né après la mort des frères Grimm]

c’est-à-dire l’inconscient. Ce même inconscient ayant une partie vertueuse et une autre destructeur. Et là tatata ! On a notre lien !

Le loup est controlé par ses instincts.

C’est d’ailleurs ce qui différencie l’homme des animaux. Les animaux suivent leur instinct. L’homme, lui, est influencé par son inconscient dont une partie est constituée par les instincts primaux (entendez animaux).

Par ailleurs, le loup, est aussi le symbole de l’image maternelle dans son sens limitatif. La mère destructrice et dévoratrice qui prend l’aval sur l’enfant devenu parfois adulte et l’empêche de développer son propre développement personnel. La mère castratrice sous sa partie hostile qui domine inconsciemment l’être par la fascination et la soumission qu’elle lui impose. Processus parfois appuyé ou accompagné par du chantage affectif, fausse bienveillance empreinte de jugement et/ou de la gentillesse déguisée.

Donc, le passage dans la gueule et le ventre de notre loup serait le remède purificatoire de ces mauvais aspect de l’archétype maternel.

Mais, après, pourquoi mettre des pierres dans le ventre du loup ?

Je me suis posé la question un moment et à plusieurs reprises… sans réponse. Car oui, ne pensez pas que j’ai écrit cet article en une seule fois ou que la réponse est tombée toute cuite sur mon clavier. Loiiiiiiiinnnnn de là !

Le premier lien qui m’est venu ce sont les grosses pierres dans la tradition sud-américaine. Elles sont les abuelas, les grands-mères. Mais cela n’a mené nulle part.
Sauf que, pourquoi ne pas échanger une grand-mère par d’autres grands-mères mais en pierre celles-là ? Ben oui quoi, y a juste à reproduire un poids identique non ?

Ensuite, on nous dit que le loup ne peut alors pas fuir. Il tombe sur le sol et meurt. Etrange non ? En alchimie, on dirait qu’il a été précipité… sur le sol. Mais par quoi ? Je ne suis pas parvenue à résoudre cette énigme.

Puis, je suis tombée, comme par hasard sur ce texte qui parle de la science de la sagesse céleste : 

A notre époque, les dévots (‘ubbâd), les ritualistes (nussâk) et les savants (‘ulamâ’) sont devenus tellement laxistes qu’ils sont submergés par leurs appétits sensuels et sexuels.
Ils ne voient même plus leurs propres défauts et se penchent sans même s’en rendre compte.
Ils apprécient les mets illicites (harâm) et ne font rien pour trouver une nourriture licite (halâl).
Ils ne se suffisent d’une science qu’ils ne mettent pas en pratique et auraient honte d’avouer qu’ils ne connaissent pas tel point de doctrine.
Ils ne sont que les serviteurs de ce bas-monde, et n’ont rien de savant, en matière de Loi sacrée.
S’ils appliquaient la Loi, cela les empêcherait de sombrer dans ce vice qui est le leur. Lorsqu’ils sont en position de demandeur, tu les vois insister lourdement, mais quand c’est eux de donner, ils font preuve d’avarice.
Ils se parent extérieurement pour mieux cacher leur coeur de loup.
Ils choisissent comme théâtre de leurs bruyantes discussions, futiles polémiques et vains bavardages, ces mosquées de Dieu réservées à l’invocation de Son Nom.
La science leur sert de filet pour attraper les biens de ce monde.
Ne les fréquentez surtout pas !

– Ibrahim ibn Adham

En lisant ce texte, j’ai eu un déclic. C’était évident !

Mais qui donc est ce loup ?

Oui, revenons à notre loup. Car, finalement, tout part de lui et revient à lui. Notre loup, chien sauvage est donc manipulé par ses bas instincts. Mais à quoi d’autre ressemble un loup ?

Allez, je vous aide avec une image.

Vous l’avez ou pas ?

Vous trouverez la réponse dans cet article.

 

Si vous ne la trouvez pas peut-être que cela vous y aidera :

Que ce soit physiquement ou psychiquement, la vigilance, l’attention sont indispensables. Vous manquez d’attention ? Vous allez faire un geste maladroit, vous heurter à un obstacle, tomber
Ni votre savoir, ni votre fortune, ni vos vertus ne vous préserveront.
Combien de gens remarquables ont été victimes d’accidents provoqués par leur manque d’attention !
Les malfaiteurs, eux, conscients qu’ils peuvent toujours se faire surprendre, sont extrêmement vigilants, et c’est ainsi qu’ils échappent souvent aux poursuites. Alors, pourquoi laisser la vigilance aux malfaiteurs ?
Vous vous imaginez que votre innocence, votre bonne volonté, vous attireront automatiquement la protection divine ? Non, si vous êtes négligent, rien ni personne ne vous mettra à l’abri.

Vous direz : « Mais si je me confie à Dieu, si je L’aime, Il me protégera. »
Sans doute, mais si vous n’êtes pas vigilant, même votre amour pour Dieu ne vous sauvera pas. Il vous dira : « Tu m’aimes ? C’est très bien, mais je ne suis pas là pour garder ta demeure et ta personne. »
Ni votre amour, ni vos bonnes qualités ne peuvent vous dispenser d’être vigilant. Et c’est encore plus vrai dans le plan psychique.

– Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le loup est un des malfaiteurs parle le Maître.

L’histoire du petit chaperon rouge nous parle de spiritualité, de tentation, de corruption, d’intégrité, mais aussi d’habitudes, de détails. Ce conte nous parle de bonnes intentions qui nous détournent de notre chemin et de nos engagements de services (dévotionels).

Dans la seconde partie de l’histoire on appuie d’ailleurs sur ce fait :

« elle rencontra un autre loup qui essaya également de lui faire quitter son chemin. Mais elle ne se laissa pas distraire et poursuivit sa route. »

Ainsi, il n’y a qu’un pas à comprendre que ce conte parle tout bonnement d’engagement spirituel, de maîtrise de soi et des ruses de l’Ennemi qui convoite votre âme dont l’apparence est pour lui fort appétissante.

Mais, pourquoi le chasseur ne tue-t-il pas le loup d’un coup de fusil après avoir extrait le Petit Chaperon Rouge et sa grand-mère du ventre du loup ?

Le mystère reste entier. Bien que… qui peut tuer le diable avec un fusil ? Le diable ne sait que fuir. C’est d’ailleurs ce qu’il fait le mieux se dissimuler et fuir. Lorsque le loup tombe au sol et meurt, c’est probablement juste que le démon à fuit ce corps devenu trop lourd. Et le corps matériel tombe tel un corps mort.

Si on opte pour la simplicité pour reconnaître le rôle du loup…

Dans ce cas, on arrête de chercher et on revient à l’essentiel.

Le loup, selon de nombreux cultes, est connu comme un initiateur et psychopompe c’est-à-dire qu’il guide les âmes des morts jusqu’aux enfers. D’ailleurs, selon la mythologie grecques, Hadès porte un manteau en peau de loup.

En Asie, le loup bleu est un loup céleste lié à Sirius et la cratophanie de la lumière ouranienne. Uranus/ouranos représentant le changement et les forces de construction et de création.
En Egypte, Osiris ressuscite sous la forme d’un loup.
Le loup est aussi le symbole de la destruction/reconstruction ou de Vie/mort/vie. Dans la mythologie nordique, le loup Fenrir tue plusieurs dieux dont Odin lors du Crépuscule des Dieux (Ragnarök), avant d’engloutir le monde du milieu (Midgardr) pendant que ses fils avaleront le soleil et la lune. Ce n’est qu’après cela que le monde pourra renaître.

Et que nous dit-on après  ? Comment tout cela fini ?

Le chasseur prend la peau du loup. On ne sait pas ce qu’il pourra, peut-être simplement un trophée. Mais symboliquement, cette peau peut-être une protection, une possibilité de dissimulation ou offrir la possibilité d’aller et venir dans les enfers en se faisant passer pour un loup. Donc, elle permet de s’attribuer les caractéristiques du loup.

La grand mère mange la galette (du pain) et boit le vin. On peut ici y voir, si on le souhaite, une métaphore qui revient à manger le corps et boire le sang du Christ pour communier avec lui et accéder à la vie éternelle.

Le Petit Chaperon Rouge, lui, apprend la vertu de l’Obéissance et connait la peur. Je ne suis pas sure que ce soit top top ce point-là mais cela amène la vigilance.

D’ailleurs, c’est intéressant de noter que, dans la seconde partie de l’histoire, l’autre loup sait que la fillette amène cette fois une galette mais pas de vin. Il devine cela mais ne devine pas que la fillette est déjà auprès de la grand-mère. La conscience animique et donc déjà avec l’inconscience supra-personnelle qui va pouvoir manger sa nouvelle galette.

Mais ensemble, la grand-mère et le Petit Chaperon Rouge déjoue le piège du loup.

La fillette :

1- Ne se laissant pas distraire pas la tentation offerte par le loup.

2 – Se réfugie chez sa grand-mère et lui rapporte son aventure.

La grand-mère met alors en place des subterfuges :

1- Elle n’ouvre pas la porte

2- Appâte le loup avec une bonne odeur de saucisse qu’elle feint être entrain de cuire.

L’odeur est, pour le méchant loup, irrésistible. Il finit par trop se pencher pour la humer, bascule et tombe dans le feu ou il rôti. Et tout se finit bien.

Avec le loup rôti, la nature animale ou l’esprit sauvage de l’être est définitivement nettoyé par le feu. La nature supérieure de l »être va pouvoir se manifester, libérer de ses instincts primaires.

Cette mini-serie d’article-étude vous a plu ou pas ?

Ce type d’étude symbolique demande un grand investissement de temps, d’énergie et de charge mentale, il est donc important pour moi que vous puissiez me dire s’il vous a plus ou pas et ce que vous auriez aimé lire en plus ou en moins. Vos remarques, m’aident à vous proposer un contenu plus adapté à vos attentes.

Merci et belle semaine smile

2 réponses to “Que représente le loup du Petit Chaperon Rouge de Grimm ?

  • Bonsoir Laeti,
    Presque un peu trop long mais effectivement que de boulot pour expliquer ainsi la symbolique du loup, ce pauvre loup juste affamé et trop content d’avoir trouvé de quoi se régaler !….
    Bravo et merci pour cette fabuleuse étude. Bises

    • Coucou,
      Oui un peu long, j’avoue que je me suis dis la même chose. Mais, en même temps, il me semblait intéressant d’avoir le cheminement 😉
      Merci pour ton feedback smile
      Belle journée

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *