Menu

Créer un canevas pour un oral réussi

A différents moments de vie, nous avons besoin d’exposer oralement de sujets dans le cadre scolaire, professionnel mais aussi dans le cadre personnel. Nombreux d’entre nous se souviennent de leur premier oral qui a pour la plupart été l’oral de français, et je vous souhaite qu’il ait été un oral réussi. Et, pour vous aider à faire en sorte que tous vos futurs oraux soient un oral réussi, je vous propose d’appliquer une méthode simple en 9 points. Voici donc les 9 points pour un oral réussi :

1- Gagner le public pour un oral réussi

Et oui, à peine le micro entre vos mains, vous devez performer ! L’objectif est de créer un teaser mais, en ayant la bonne posture : droit(e) dans ses bottes et les épaules en arrière.
La première impression est décisive alors mettez le paquet.
Sourire, ouverture du coeur et du corps, centré(e) en vous et les pieds bien au sol, c’est à vous !

Sourire vous permettra d’être plus sympathique et de bénéficier d’une décharge d’endorphine : l’hormone du bonheur. Par contre, il faut qu’il soit naturel, pas forcé… le sourire, pour sembler sympathique, sinon, vous aurez juste l’air faux. Mais, vous bénéficierez quand même de la décharge d’endorphine 😉

S’il s’agit d’une première rencontre, vous avez 2 minutes pour convaincre.

Beaucoup de conférenciers à succès choisissent de démarrer par une anecdote brève, un trait d’humour ou un fait insolite dans le but d’alléger l’ambiance et de la rendre plus conviviale. D’autres préfèrent taper dans la controverse, faire une introduction provocante. D’autres encore démarrent en exposant une vérité paradoxale.

Ce choix dépend du contexte et de qui vous êtes, vous. L’introduction sert à faire rentrer l’auditoire dans votre monde à vous. L’objectif est de créer la relation en rendant l’échange humain.

J’ai souvent observé que les prise de parole commençait par :

« En venant ici, j’ai…[exposé d’un fait suivi d’humour ou de dérision]… et ça m’a fait penser à [une coïncidence incroyable pas rapport au sujet]. Je me suis dit …[transition]. Puis, une conclusion de votre choix. « 

2- Exposé de l’objet de l’oral réussi

L’introduction existe pour que vous puissiez introduire le thème de votre oral avec éventuellement des exemples, témoignages, apports d’événements factuels… le tout relié, si vous le voulez/souhaitez, à l’actualité.
Image, son, mouvement, ce doit être vivant et captivant.

Vous devez montrer à votre auditorat que vous vivez le sujet, que vous vous impliquez, que vous êtes vivant ! Proposez un état des lieux factuel, clair et juste sans jugement ni polémique; de préférence, à moins que votre objectif soit de déranger ou d’amener un nouvel angle de réflexion à vos risques et périls. Moi, j’aime bien le challenge, mais il faut avoir les épaules pour traiter le remous qui va vous assiéger en retour !

3- Impliquer l’auditoire pour générer une impression d’échange

Abordez les questions que l’auditoire va probablement se poser.
En quoi/pourquoi devons-nous… ? Qu’est -ce qui fait que ? Comment faire pour…[faire autrement, mieux, arrêter, retourner la balance]? Quelle(s) évolution(s) sont à prévoir, ou sont envisageables ? Que pouvons-nous faire ? A quoi ça sert ?… Pour tendre vers quoi ? Et après ?

Pour cela, mettez vous à leur place en fonction de leur niveau de savoir, de connaissance et de compétence du sujet… et aussi selon leur cadre de références ou grille d’évaluation.

L’objectif est de faire comprendre à chacun ce qui est important pour vous et aussi que vous allez apporter des réponses à leurs questionnements.

4- Développer le contenu pour un oral réussi

On en est au cœur de votre exposé. C’est le moment de votre argumentaire, déballe, contenu… en fonction du contexte.
Montrer, informer, démontrer, conseiller, argumenter, convaincre, emporter l’adhésion se joue ici.
Jouer sur la cohérence et la clarté de votre propos.

Vous devez avoir défini un fil rouge. Votre plan doit être connu de vous dès le départ.

Démarrer en verbalisant les points que vous allez aborder par la suite est important pour un meilleur confort de votre auditoire. C’est comme donner le menu avant un repas. Chacun saura alors comment il souhaite gérer sa capacité d’ingurgitation et son énergie en conséquence.

5- Appuyer sur le point principal que vous souhaitez mettre en avant

Remettez une couche sur le point clé ou l’idée majeure pour qu’il reste bien ancré dans la mémoire de chacun. On isole ce point pour le mettre en valeur soit en le reprenant simplement au moins trois fois, soit en apportant une information complémentaire pour mettre l’accent sur ce point et appuyer sur son caractère décisif.

Pour un oral réussi, observez les réactions non-verbales de votre auditoire, vous saurez ainsi s’ils ont bien ancré l’idée. Inconsciemment, ils acquiesceront de la tête si vous dites par exemple : Avez-vous bien saisi l’importance de [votre point clé]?

6- Ouvrir des perspectives

Décontextualiser le contenu, aborder des alternatives, nuancer certains propos, finalement remettre certains points en question pour montrer qu’on ne cherche pas à prêcher mais à être pragmatique et honnête. Relativisez, apportez des conditions de réussite, des limites à votre vérité. Votre vérité n’est pas absolue, certains auront probablement une vérité différente, composez avec, trouvez éventuellement des arguments ou amenez-les à verbaliser leurs objections, pour mieux les dissoudre. Mais ne luttez pas, composez avec si vous souhaitez que votre oral soit réussi.

Démontez les objections car il vaut mieux les dissoudre avant qu’elles ne commencent à apparaître derrière votre dos. Cela permet de ne laisser que du vide dans la bouche et l’esprit de vos détracteurs vous désamorcez ainsi les bombes avant qu’elles ne soient lancées.
Soyez réaliste et restez cohérent(e) par rapport au propos précédemment évoqués. Vous devez emporter l’adhésion, pas miner votre argumentaire !

Faites preuve de justesse. Cette étape existe pour montrer que vous êtes réaliste, que vous percevez les avantages et les inconvénients mais que votre proposition est la mieux adaptée.

7- Répétez ce qu’il faut retenir

De fait, une chose doit être répétée 3 fois pour être mémorisée. Faites preuve de concision et d’élégance ou d’humour dans votre façon de le faire. Inutile de matraquer l’auditoire comme le fond certains slogans publicitaires… (au demeurant souvent le matin au réveil)

8- Concrétisez vos propos

Ainsi, vous concluez par une ouverture sur l’avenir, les premières actions à mettre en place, le déroulé des opérations, bref ce qui va suivre dans l’idéal pour vous.

C’est comme faire votre demande. Qu’est-ce que vous souhaitez qu’il se passe après votre oral ?

Dans le cas d’une déballe, on sort un bon de commande et on énumère les étapes pour passer commande, pour le règlement et le planning de mise en oeuvre du projet. Il est temps de matérialiser les choses en faisant et en faisant faire. Pour un oral du bac, on remercie son auditoire et on ouvre si une perspective positive de votre choix…

9- Soyez vous même

Ce neuvième point est essentiel. Lors d’un oral, qui est l’orateur, ce qu’il dégage est hyper important. Cela joue encore plus lorsqu’il s’agit de convaincre.

Une étude très sérieuse (Mehrabian, 2007) montre que l’importance de ce qui reste après un oral et qui est transmis à l’auditoire :
– 55 % par notre langage corporel (plus particulièrement par les mouvements des petits muscles entourant les yeux, qui communiquent l’étonnement, l’incrédulité, le doute ou le dégoût)
– 38 % par le ton de notre voix.
– 7 % de notre message est transmis par les mots que nous utilisons. Ce n’est pas beaucoup alors mieux vaut être physiquement et énergétiquement convaincant(e).

Il est donc essentiel de travailler votre communication non verbale. C’est à dire  :
– Ton de la voix
– Débit et volume de la voix
– Articulation des mots
– Rythme, intonation et accent mis sur les mots
– Expression du visage
– Intensité du contact visuel établi
– Gestuelle et toucher
– Langage corporel et position

Tout cela se résume à votre charisme. Ce qui vient quand vous être vous, présent(e), dans votre naturel et que vous assumez qui vous êtes pleinement.

Si ce dernier point pêche ou si vous avez besoin d’aide, soyez libre de prendre rendez-vous, cela se passe ici.

Vous envisagez un rendez-vous pour votre enfant ou votre ados ? La page dédiée aux accompagnements pour enfants ou ados, c’est ici

Je vous souhaite une agréable semaine et un oral réussi 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :