Menu

Retrouver la Paix grâce à la Contemplation

La contemplation est une pratique magnifique, inspirante, nourrissante… mais peu connue. La pratique de la contemplation permet de ré-enchanter la Vie.
Grâce à la contemplation, il est possible de (re-)découvrir le divin en toute chose mais surtout en nous, par résonance.

La contemplation est une pratique simple et accessible à tous.

Sans le savoir, nous connaissons déjà la contemplation, nous l’avons probablement même déjà pratiquée. La contemplation est une pratique spirituelle très importante. Elle est décrite comme une oraison silencieuse. Un culte au miracle de la Nature et donc de la Vie. Elle est un complément ou un substitut à la méditation. Souvent, elle est d’ailleurs plus facile à réaliser que la méditation surtout lorsque nous sommes pour les « débutants ». Débutant, par ailleurs ne voulant rien dire en soi, car nous sommes d’éternels débutants.

La contemplation s’appuie sur la mise en contact par tous les moyens perceptif à notre disposition avec une « forme » esthétique extérieure à soi. Cette forme est le sujet de contemplation. Ce qui facilite la pacification du mental et l’ouverture de l’esprit.

L’image type qui la représente, est celle d’un moine Shaolin dont le regard est fixé sur la flamme d’une bougie.

La contemplation est-elle une pratique naturelle ou religieuse ?

Beaucoup de parents ont déjà expérimenté la contemplation très naturellement et simplement, sans même s’en rendre compte en regardant de manière prolongée mais légère leur nouveau-né ou leur enfant. Les artistes le font avec leurs oeuvres. Les amateurs d’Art sont des pratiquants souvent ignorés et pourtant réguliers, qui pratiquent à chaque fois où ils se laissent emporter par l’oeuvre.

Nous pratiquons naturellement la contemplation face à un paysage magnifique… si nous daignons prendre le temps de nous connecter à lui. Bref, la contemplation est un état d’être naturel qui nous permet de nous connecter à la vastitude et à la magie de l’Univers.

La difficulté que nous avons actuellement, c’est que nous ne prenons pas le temps de ralentir pour pouvoir nourrir notre nature supérieure (divine). Alors, envie de réapprendre à être en état contemplatif ? Envie retrouver la paix pour mieux nous connecter au bonheur ? Ou simplement de nous laisser glisser à notre tendance naturelle de l’Être humain à l’oraison silencieuse pour rendre grâce à la beauté de mère Nature ?

Définition de la contemplation

Regard ou considération assidue qui met en œuvre les sens (visuel, auditif) ou l’intelligence et concerne un objet souvent digne d’admiration. Être absorbé dans/par la contemplation d’un être, d’une chose.

-selon cnrtl.fr

La contemplation permet de porter son regard en pleine conscience, voir même, en état de conscience amplifiée sur un objet, un végétal, un animal ou tout autre sujet.

La contemplation induit un état approchant de l’état méditatif. Mais, la contemplation n’est pas une méditation. La contemplation est un état de grâce et de paix. L’état méditatif est un état d’accueil et de réceptivité d’une sagesse supérieure à notre entendement. Mais, dans les deux cas, le mental se met en veille (quand ce passe bien 😉 ) et laisse la place à notre conscience supérieure pour que nous puissions nous connecter à quelque chose de plus grand que nous. Et, dans les deux cas, ce moment de connexion à Soi permet nous libérer des pensées erronées, inutiles et obsolètes. Notre esprit et notre âme sont en Paix dans ce moment présent de présence à Soi.

Contempler permet d’atteindre un état de réceptivité intense.

On a beaucoup parlé de la méditation (cf. Lever les idées fausses sur la méditation) mais, on parle peu de la contemplation.

Il y a évidemment différentes façons de pratiquer la contemplation. Mais je vais partager la façon dont je la pratique et la perçois, selon mon expérience.

La première grande différence entre la méditation et la contemplation, est d’utiliser le regard comme moyen de mise en contact. En effet, le regard, est porté en conscience sur le sujet de la contemplation. L’objectif est de prendre le temps de (re)-découvrir ce qui est sous notre regard. Mais cela ne s’arrête pas là. Tous nos sens peuvent être sollicités : la vue, l’ouïe, l’audition, le goût, le toucher, mais aussi le ressenti,… etc…

On observe en conscience, la texture, le reflet, le mouvement… tout ce qui peut être en lien avec le sujet de notre contemplation. Nous faisons cela pour entrer en lien avec son esprit, avec le divin en soi. Cette « surfocalisation » nous permet d’accéder à un état amplifié de conscience et de faire le vide dans notre mental. Et, lorsque nous sommes vides et immobiles, alors, nous cessons d’être émissif ou en mouvement. C’est alors que le divin peut nous remplir de sa sagesse, de sa magie et nourrir cette partie élevée de notre être qui réside au-delà de notre mental.

Notre mental ne faisant plus barrière, alors, nous pouvons retourner à l’équilibre et atteindre l’harmonie et la paix.

La contemplation permet de contourner le mental

La sur-focalisation a cette vertu : elle permet au mental d’étudier et analyser le sujet de la contemplation, laissant le champ libre à l’esprit et à l’âme d’oeuvrer librement.

Y a-t-il un risque à pratiquer la contemplation ?

En soit, cela ne présente pas de risque. Par contre, ce qui est important, essentiel même, c’est de choisir un sujet inspirant. Un sujet dont vous pourrez vous imprégner de sa beauté. La beauté est un élément très important car elle est inspirante et mène vers de hautes vibrations. C’est pour cela que l’Art est essentiel. L’Art est la réalisation matérielle de l’inspiration. Or, c’est bien connu, l’inspiration vient de Dieu 😉

D’un point de vue pratique, comment faire pour contempler ?

Il n’y a rien à faire, juste à être.

Choisissons le moment et le lieu qui nous convient et mettons tout en oeuvre pour nous installer confortablement.
Pour plus de facilité, les premières fois, il est important de bien s’être hydraté(e) avant, de vérifier que nous n’avons pas besoin d’aller aux toilettes.
Prévoyons de quoi nous couvrir. Le corps a tendance à se refroidir pendant la contemplation car nous sommes immobiles.

Une fois installé(e), prenons une grande et profonde inspiration. Puis, expirons progressivement par la bouche. Faisons cela au moins trois fois jusqu’à sentir que nous sommes connecté(e) et présent(e) à nous-même. Normalement, après la troisième expiration, nous ressentons comme quelque chose qui se pose au fond de nous.

Puis, orientons notre regard sur le sujet de notre contemplation, ouvrons notre coeur et laissons-nous aller. Ou, plutôt, laissons-nous emporter. Il nous « suffit » alors de nous abandonner à la Vie et au Divin. Vivez votre expérience la durée qui vous semblera juste. Pour les premières fois, 15 minutes est un bon départ. Par la suite, c’est à vous de ressentir ce qui est bon pour nous. Gagnons petit à petit en conscience en nous connectant aux ressentis de notre corps.

Si des ressentis dans notre corps nous gêne.

Prenons le temps d’amener notre attention sur cette gêne, reconnaissons qu’elle est là et ressentons ce qu’il serait bon de faire pour l’alléger ou la libérer.

La respiration est souvent une aide suffisante. Ou, si elle ne suffit pas, posez simplement le constat, que cette gêne est là et ramenons notre attention sur le sujet de notre contemplation en focalisant sur lui.

Au fur et à mesure que nous pratiquerons la contemplation, nous apprendrons à nous connecter au divin en nous, à cet espace de paix plus stable qu’un roc. Ainsi, nous pourrons ressentir la Paix retrouvée en nous.

Je souhaite à chacun(e) une belle expérience.
Soyez libre de poser vos questions, conseils, remarques… en utilisant le module de commentaire.

Pour celles et ceux qui le souhaite, une méditation de contemplation est disponible dans la boutique ici

Pour participer à la prochaine journée de reconnexion à l’âme, rendez-vous ici

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :