Menu

Le regard que nous portons au regard des autres

Le regard est un élément extrêmement important, bien plus essentiel que l’importance que nous voulons bien lui conférer. Mais, ce regard dont je parle ici, ce n’est pas celui des autres, c’est surtout celui que chacun de nous porte lui-même sur lui, Soi, les autres et le monde. Ne dit-on pas que le regard est le miroir de l’âme ?

A propos du regard des autres

Certes, il y a le regard des autres et nombreux sont les êtres qui vivent mal parce qu’ils portent le regard des autres sur eux. C’est lourd à porter le regard des autres ! D’autant plus qu’ils sont nombreux, ils sont une multitudes ! Comment alors, vivre paisiblement et avec légèreté en ayant le poids du jugement de reste du monde sur soi ?
C’est très difficile, étouffant, écrasant, insoutenable.
Pourtant, en accueillant ce regard autrement, il pourrait bien se révéler nourrissant… ou pas. J’explique un peu plus loin pourquoi et comment.

Pourquoi donner tant d’importance au jugement ou au regard des autres ?

En Vérité, il y a peu de raisons possibles. Soit, c’est parce que nous-même jugeons durement les autres (intolérance, rigidité et/ou parfois, nous le faisons en pensant être tolérants et souples), soit parce que nous avons toujours l’impression de mal faire (ancrage négatif souvent dû à l’éducation reçue), ou encore si nous n’avons pas confiance en notre propre jugement (peur d’être en incapacité d’évaluation, sentiment de non-fiabilité, non-confiance/estime de soi).

Avoir peur du regard de autres et chercher à l’éviter

Ici, nous mettons en place tout un éventail de stratégie pour se cacher ou ne pas être vu(e)s. Notre plus grand rêve serait d’obtenir une cape d’invisibilité. Toute une partie de nous très bruyante (le mental/ego) nous raconte que nous avons besoin d’être invisible car si quelqu’un venait à nous regarder, il pourrait percevoir nos défauts, notre noirceur, notre honte, tout ce qui est mauvais en nous et nous mourrions de honte et d’humiliation. Comment quelqu’un pourrait accepter de nous aimer dans ses conditions ? C’est-à-dire en voyant qui je suis vraiment au fond ?

Et pourtant… notre stratégie de recherche d’invisibilité ne mène-t-elle pas au même endroit ? Ne se retrouve-t-on pas dans une configuration où nous empêchons qui que ce soit de nous aimer en étant invisible et inexistant(e) ?

Ne nous leurrons pas, en vérité, au plus profond de nous, notre psyché espère qu’un jour un prince charmant ou une princesse magicienne réussira à voir notre préciosité derrière notre apparence de bête, de crapaud, de grenouille, de sorcière acariâtre….

Mais, si cela n’arrivait jamais ? Comment allons-nous traverser notre existence ? En continuant à nous couper de la vie ?

Si cette perspective ne vous convient ou ne vous enchante pas. Osez demander un accompagnement pour changer la donne et laisser quelqu’un vous aimer comme vous êtes vraiment. Car soyez assuré(e) que je vous aime (cliquez sur le lien)

Mais, il existe une autre facette concernant le regard des autres qui implique d’autres processus et stratégies.

Attirer le regard des autres

Ce besoin d’attraction sur Soi du regard des autres découle d’un autre processus qui se joue dans l’invisible. Nous abordons ici ce qui concerne la partie nourrissante évoquée plus haut.

Très répandu dans le cas des enfants issus de familles nombreuses ou ayant des parents très occupés professionnellement ou encore désintéressés de leurs enfants… Ces derniers deviennent des adultes qui ont du mal à trouver leur place et/ou ont besoin de la re-connaissance et/ou de la validation des autres.

Or, pour cela, il faut commencer par être vu(e)s, perçu(e)s, un minimum considéré(e)s. Alors, chacun développe des stratégies improbables pour y arriver en même temps qu’une tendance envieuse, jalouse ou même une tendance à l’apitoiement.

Pourtant, tous ces processus peuvent-être dépassés en changeant de stratégie. En amenant, par exemple, un regard nouveau et bienveillant sur nos propres actions, en sortant du principe de comparaison et de séparation, en prenant en compte nos faiblesses, nos difficultés, notre vulnérabilité qui je le précise n’est pas une faiblesse mais une caractéristique intrinsèque à l’humain. Cela peut aussi être prendre en compte nos ressentis, nos états d’être, nos états de fatigue, de stress, notre tempo personnel, nos caractéristiques individuelles et innées… our pouvoir apprendre à composer avec dans l’acceptation plutôt que de s’épuiser à lutter contre inutilement.

Nous n’avons toujours pas abordé la facette nourrissante… mais nous y venons tout de suite.

Le regard nourrit le sujet/objet de l’attention qui le reçoit

Tout part du commencement. Au commencement, il y avait le grand Tout. Or, le Tout ne pouvait pas s’observer car il était tout dans l’unité universelle, divine, omniprésente et omnipotente.

Pour pouvoir se connaître et se re-connaître, il a fallu qu’il se divise pour amener de la conscience sur ce qu’il était. Car, pour se connaitre, il faut pouvoir percevoir qui/ce que nous sommes.

Le regard porté sur quelque chose ou quelqu’un perpétue cela. Il permet de percevoir et de mettre de la conscience sur ce quelque chose ou quelqu’un. Et, pendant que la conscience est orientée sur un sujet, ce sujet reçoit de l’énergie, il est nourri par le regard. C’est une processus énergétique.

Cette notion de regard qui nourrit est très très importante, essentielle même ! Elle régit de très nombreux processus et stratégiques inconscientes. C’est ce processus qui est à la base de nombreux systèmes dans l’invisible.

Le regard nourrit.

L’attention que nous portons sur quelqu’un ou quelque chose le nourrit. C’est pour cela que la nature à tout fait pour que les parents contemplent leurs bébés, leurs enfants pour les nourrir d’énergie (et d’Amour aussi mais par un autre processus) afin qu’ils grandissent bien et dans les meilleures conditions possibles. Malheureusement, ce n’est pas infaillible pour tout un tas de raisons qu’il serait malvenu de juger. La seule chose à prendre en compte c’est que si le parent en vient là quelle que soit la perception que nous avons de la situation, il est en grande souffrance. Et cela aussi est parfois invisible ou non-perceptible. La nature de cette souffrance peut-être très variée et multiple.

Porter un regard remplis d’Amour révèle et développe la Beauté

Lorsque nous aimons quelqu’un(e) ou quelque chose, nous le contemplons et il/elle devient encore plus beau/belle. Et en retour, nous sommes touché(e)s est nourrit d’émerveillement.

C’est comme si l’Amour que nous lui offrons était une clé pour révéler sa vraie nature, sa beauté intérieure. Au début, cette beauté peut n’être visible que de nous, mais si nous parvenons à lui en transmettre le reflet et qu’elle réussit à l’intégrer, le Monde entier pourra en contempler les effets. Il s’agit-là d’un exemple concret de transmutation alchimique. La révélation puis la densification permet de matérialiser un potentiel latent en réalité visible de tous. Alors même qu’au départ, seul l’alchimiste pouvait entrevoir ce potentiel invisible.

Or, si nous regardons bien, si nous observons avec attention et conscience, qui sont ces personnes qui tournent mal ? Des personnes qui souvent ont manqué d’attention. Attention ! Il y a aussi des cas particuliers liés à des pathologies, des envoûtements ou autres empreintes/entraves posées dans l’invisible.

C’est parce que le regard nourrit que les jardiniers et cultivateurs ont des récoltes plus prolifiques lorsqu’ils passent du temps dans leur jardin, champ ou potager. Parler aux plantes aussi nourrit les plantes énergétiquement.

Il existe de nombreux canaux et différents moyens de collecter de l’énergie lorsque nous ne savons pas la générer nous-même. Pas besoin d’aller voir un énergéticien pour cela. Nous pouvons fonctionner en parfaite autonomie… grâce à l’énergie du soleil par exemple… ou reprendre un nouveau souffle grâce à l’air. Mais cela, c’est un autre sujet lié au ressourcement.

Le regard que nous nous portons

Un des plus grands biais de transformation de Soi passe par la maîtrise de notre propre regard. Tout d’abord, par rapport au regard que nous nous portons. Parce qu’avant même de parler des autres, tout part de nous. Cela concerne notre regard intérieur, notre regard extérieur et la niveau d’attention et de vigilance bienveillantes que nous nous offrons par l’observation en Meta.

Comment est-ce que nous nous voyons ?

Si l’image que nous avons de nous-même nous convient, nous plaît et nous nourrit, c’est parfait ; continuons ainsi. Nous pouvons être fier(e)s de nous-mêmes, être satisfait(e)s sans pour autant s’arrêtez-là car nous pouvons constamment nous améliorer. Il est essentiel de ne jamais cesser de nous perfectionner. Et d’être constamment vigilant(e)s à ne surtout pas devenir egoïste(s), egocentré(e) orgueilleux/se(s) ou imbu(e)s de nous-mêmes.

Tout part de nous mais nous ne sommes pas pour autant le nombril du monde.
L’autre c’est nous aussi… Pour rappel, nous sommes tous inter-connectés.

La satisfaction auto-suffisante génère une stagnation putréfiante.

Or, ce n’est pas ce que nous voulons pour nous-même.
Nous méritons le meilleur n’est-ce pas ?
Alors, soyons satisfait(e)s de la version de nous que nous incarnons, sans jamais se contenter de par une jubilation narcissique de celle-ci ou s’arrêtez-là. Le perfectionnement est toujours possible. On peut toujours faire mieux.

Si nous avons l’impression que nous sommes parfaitement parfait(e)s, c’est que nous vivons dans le déni ou l’illusion. C’est que notre ego a probablement pris le dessus sur notre âme. Notre personnalité a tué notre individualité. Car, certes, nous sommes parfait(e)s dans notre imperfection. Mais, nous demeurons imparfait(e)s donc susceptibles d’amélioration.

Le regard de l’Absolu sur nous

Depuis que je suis petite, et aussi loin que je me souvienne avoir conscience que j’existe, j’ai toujours eu cette sensation d’être observée. Toujours, tout le temps, partout… C’était assez dérangeant même si je sentais que cette observance était bienveillante. Alors certes, j’avais depuis toujours eu cette conscience des esprits de la nature qui m’accompagnaient quand j’étais à l’extérieur mais que dire des autres endroits ?

Quand je faisais une bêtise, je savais qu’on savait. Quand je disais un mensonge, je savais qu’il le saurait… Bref, quoi que je fasse, j’avais ce regard sur moi et pourtant, je le faisais quant même ! Je réalisais mon expérience.

Bon, l’avantage, c’est que cela m’obligeait à apporter de la conscience dans mes actes et mes pensées. Le désavantage c’est que je pratiquais l’auto-jugement, l’auto-flagellation, l’auto-culpabilisation… l’auto…-tout. Mais ça, c’était avant. Par chance, cela a pu être alchimisé.

 

Alors, oui, je peux en témoigner, le regard de l’Absolu (conscience divine) a un poids, une Véritable importance car, à la fin de cette Vie, nous aurons à justifier de ce que nous avons vécu, comment nous l’avons fait et pourquoi nous avons pris telle ou telle décision. Sauf, que nous ne pourrons pas mentir car On sait.

C’est un élément à prendre en compte. Il est plus sage d’avouer une faute ou erreur, de demander pardon en conséquence, de rectifier cette faute et de se pardonner à soi-même. Plutôt que de mentir, nier ou vivre dans le déni de notre responsabilité. Dans ce cas, c’est de l’autre côté du voile que nous devrons répondre de cela. Et définir un moyen de le corriger pour rétablir l’équilibre. Or, je vous assure qu’il vaut mieux le faire ici car la rectification ne sera pas applicable pour l’éternité !

Pourquoi je vous dis cela ?

Ce n’est absolument pas pour vous culpabiliser. C’est pour nous offrir l’opportunité d’apporter un autre regard sur notre existence et de remettre de l’ordre. Ainsi, l’opportunité nous est donnée de régler ce qui doit l’être avant qu’il ne soit trop tard. Car, il est préférable de connaître les règles du jeu avant de devoir passer à la caisse. Sinon, la note risque d’être salée.

Avec tout mon amour. S
oyons généreux et offrons un regard bienveillant et un sourire radieux autour de nous. Cela peut tout changer !

Lætitia

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :