Menu

Transcender l’anxiété

L’anxiété est malheureusement un mal très répandu dans notre société moderne. L’anxiété généralisée atteindrait environ 10 % de la population française toute couche sociale confondue et cela touche femme, homme et enfant. L’anxiété est un processus mental qui nous ronge de l’intérieur. Elle commence à investir notre esprit sournoisement et le dégrade progressivement avant de générer des maux physiques. Puis, petit à petit, elle détruit sa vie si elle n’est pas pris en charge au plus tôt. Car, en effet, plus le temps passe et plus notre mental devient addict à ce mode de fonctionnement qui le dope à l’adrénaline (pour solliciter nos ressources et offrir des réponses plus rapides) et au cortisol (hormone du stress). Alors, comment s’articule l’anxiété et comment s’en sortir ?

Quelle est la définition de l’anxiété ?

L’anxiété est un état psychologique et physiologique caractérisé par des composants somatiquesémotionnelscognitifs et comportementaux2.
En l’absence ou en présence de stress psychologique, l’anxiété peut créer des sentiments envahissants de peur, d’inquiétude et de crainte3.
L’anxiété est considérée comme une réaction « normale » dans une situation stressante.
Lorsque l’anxiété devient excessive, elle peut être classifiée sous la dénomination de « trouble de l’anxiété »4.
L’intensité et le fonctionnement du sujet renseignent le praticien pour déterminer s’il s’agit d’une réaction naturelle ou pathologique5.

– selon Wikipedia

L’anxiété, lorsqu’elle devient pathologique est un trouble psychique qui consiste pour un individu à se créer involontairement (consciemment) mais aussi volontairement (inconsciemment) du stress ou des inquiétudes. L’individu a, dans la plupart des cas développé un besoin de contrôler toutes choses et toutes personnes de sont entourage.

L’individu, a, à un certain niveau de lui-même, peur de ne pas être en capacité de se confronter à des situations quelles soient plus ou moins plus banales. Il a, en conséquence, tendance à chercher à tout prévoir et tout contrôler. Car, de manière générale, il a un point de vue négatif sur ce qu’il peut être amené à vivre. Lorsque les choses et évènements ne se sont pas goupillées parfaitement, il se culpabilise pour le passé et craint l’avenir. Son positionnement de vie est de se penser responsable de tout ce qui peut prendre vie, forme, ou place.

Les personnes qui souffrent d’anxiété généralisée sont inquiètes de tout, partout, tout le temps 

Les personnes présentant des symptômes de l’anxiété généralisée s’attendent à ce qu’une catastrophe se produise d’un moment à un autre, constamment. Cette catastrophe étant redoutée dans le domaine de la santé, de l’argent, de la famille, du travail, des performances sportives ou intellectuelles (projets, études… ) sans aucune raison valable.

J’insiste sur le fait que cela n’a aucune raison valable car leur peur, dont l’anxiété est le fruit, est parfaitement irrationnelle.

Cette forme d’anxiété dite « généralisée », diffère de ce que le commun des mortels ressent par moment. Car il nous arrive à toutes et tous d’être « anxieuses » ou « anxieux » mais en vérité, cela est plus de l’inquiétude que de l’anxiété. Cette inquiétude normale se manifeste naturellement dans certains contextes ou certaines situations. Et, elle est la plupart du temps utile et/ou fonctionnelle car elle sollicite notre vigilance et donc notre capacité de réaction et d’adaptation.

Par exemple, nous pouvons être inquiet ou inquiète s’il est prévu que nous fassions la rencontre d’une nouvelle personne. Ou, lorsque nous préparons un oral, un examen, un concours ou une autre situation d’évaluation (examen médical, entretien d’embauche…

Le trouble d’anxiété généralisée quant à lui va bien au-delà du fait de s’inquiéter. Il implique des inquiétudes constantes et chroniques, irréalistes ou disproportionnées, de la nervosité et des tensions. C’est un sentiment général d’effroi diffus qui diffère de l’anxiété suscitée par une phobie, mais qui dure plus que celle d’une attaque de panique.

L’anxiété généralisée est épuisante mentalement et physiquement. Car, elle mobilise et consume beaucoup d’énergie et d’attention. Le stress et la décharge hormonale qui en résulte est néfaste pour le sommeil ce qui amplifie d’autant plus son impact sur le corps qu’elle épuise puis ronge littéralement l’être de l’intérieur. Les conséquences négatives sont alors nombreuses et dégradent la vie quotidienne. La personne sombre dans un état constant d’inquiétude et de peur. En fin de compte, anxiété, peur, angoisse ou désarroi domine tellement leur pensée que cela interfère avec le fonctionnement quotidien (le travail, l’école, les activités sociales et les relations…).

 

Pour vous aidez à diminuer l’impact de la sur-vigilance générée par l’anxiété qui vous empêche de dormir, cette séance audio est à votre disposition :

Balade méditative « Relâcher la vigilance pour dormir paisiblement »

 

 

Symptômes, causes et diagnostic de l’anxiété sévère

Pour pouvoir parler d’anxiété sévère, l’individu doit présenter plusieurs symptômes. Ceux-ci sont psychologiques et physiques. Il s’agit entre autres de :

  • difficulté à se débarrasser de ses soucis
  • agitation généralisée
  • fatigue chronique (mentale et/ou physique)
  • l’irritabilité 
  • débordement émotionnel : crises de colère ou sanglots inexpliqués
  • tension musculaire
  • troubles du sommeil
  • épuisement laissant place à des maladies psychosomatiques ou dites « opportunistes »
  • etc…

Pour établir le diagnostic d’anxiété sévère, l’individu doit présenter au moins trois de ces symptômes à la fois sur une durée d’au moins six mois. Parfois, il est possible de confondre un excès de stress et une problématique d’anxiété sévère car le stress en est alors la conséquence.
Si cela vous arrive, vous pouvez soupçonner que vous souffrez de ce trouble. il est recommandé de demander un diagnostic.
Le plus judicieux serait alors de prendre contact avec un professionnel compétent.

D’où vient anxiété sévère ou dite « généralisée » ? Et, comment en devient-on la victime ?

L’anxiété est un phénomène qui commence par un simple stress qui s’installe au fil du temps sans raison « consciente fondée ».
Toutefois, il est commun d’identifier que dans sa recherche de maîtrise et de contrôle, couplée à un déficit plus ou moins important en terme d’estime de soi ou de confiance en la vie, l’individu sombre petit à petit. Car, sa manie va crescendo et s’étend d’un sujet à un autre puis d’un domaine de la vie à un autre, jusqu’à se généraliser.

écrasé sous le poids de la résistance et de l'épuisementLa décharge d’énergie et de vigilance devient tellement gigantesque que l’individu n’arrive plus à contrôler. Car l’épuisement étant tellement énorme qu’il ne parvient plus à mobiliser puis à ne serait-ce que solliciter ses ressources. Et, la, c’est le début d’une chute infernale. L’individu développe alors une anxiété sévère caractérisée par des crises dites d’anxiété et des troubles anxieux. Peu à peu, l’individu sombre dans une forme de dépression. À cette étape, les risques deviennent de plus en plus grands, car avec l’état dépressif, la personne installe et entretient des dépendances dites « jambes de bois » pour tenir. Le risque le plus extrême étant qu’en bout de course, cela le conduise jusqu’au suicide.

Etre victime de l’anxiété est donc un processus vicieux qui s’inscrit dans le temps si on ne réagit pas. Mais, cela peut-être imperceptible. L’anxiété s’installe petit à petit comme le fait l’épuisement qui mène au burn out.

Dans l’idéal, il est donc important que l’anxiété soit prise en considération et prise en charge au plus tôt.

C’est-à-dire dès que la personne commence à développer les symptômes cités plus haut.

En ce qui concerne la cause de cette affection, elle n’est pas encore connue de façon exacte.
Toutefois les recherches semblent indexer plusieurs facteurs. Ce trouble anxieux peut donc se manifester chez une personne si un ou plusieurs des éléments ci-dessous sont réunis :

  • Ceux qui ont au moins un parent proche qui a déjà été confronté à l’anxiété généralisée peuvent à leur tour en souffrir. Certaines recherches mettent donc en cause le facteur génétique.
  • L’anxiété sévère est souvent associée à une suractivité dans les zones du cerveau impliquées dans les émotions et le comportement. Elle serait aussi due à un déséquilibre des substances chimiques du cerveau que sont la sérotonine et la noradrénaline, qui interviennent dans le contrôle et la régulation de l’humeur.
  • Les personnes qui ont connu des expériences stressantes ou traumatisantes telles que : la violence, inceste ou abus sexuel, perte d’un proche, divorce, perte d’emploi… sont susceptibles de développer la maladie.
  • L’utilisation abusive des substances addictives comme l’alcool, la caféine et la nicotine peuvent également contribuer au développement de l’anxiété généralisée.

Toutefois, bon nombre de personnes sont touchées par cette affection sans raison apparente.
Il est aussi remarqué que les femmes sont généralement plus touchées que les hommes. A l’époque de Freud, l’anxiété féminine avait mauvaise presse et était reléguée dans le même panier que l’hystérie féminine. Cette dernière étant interpréter comme un caprice de femme qui voulait obtenir plus d’attention et se faire remarquer…

Pour en finir avec l’anxiété Help your self !

Pour commencer, il est bon de s’aider soi-même en modifiant certains éléments du quotidien.

Plus l’anxiété est prise en charge tôt et plus il est facile d’en sortir. Il est possible de s’en débarrasser pour toujours. Avec un changement d’habitude et de comportement. Toutefois, il n’y a pas de solution miracle où secouer une baguette magique une fois suffit. L’anxiété est la résultante d’un mode de fonctionnement inapproprié, dysfonctionnel ou déséquilibré qu’il va falloir recalibrer petit à petit jusqu’à trouver la recette idéale pour l’individu. Car, s’il y a une chose qui est claire comme de l’eau de roche c’est que la solution n’est pas la même pour tous.

Avant toute chose, essayez de trouver des solutions simples et efficaces pour surmonter l’anxiété.

Mais l’éléments de base va être de désapprendre pour réapprendre sur de bonnes bases. Cela va demander tolérance, abnégation, remise en question, acceptation, lâcher-prise… et surtout de faire des choix. La personne va apprendre à faire autrement, à réajuster son rapport aux autres et à la vie et à découvrir ce qui se joue réellement dans ses relations interpersonnelles 

Exprimez votre mal-être, de vos inquiétudes et de vos peurs à une personne de confiance qui pourra vous écouter et vous épauler.

Verbalisez vos difficultés et l’épreuve que vous traversez à des proches aptes et disponibles pour vous écouter et vous entendre est important. A la fois pour qu’ils soient informés de ce que vous vivez et donc amener de la compréhension sur certains de vos états d’être ou de vos comportements. Il est fortement conseillé de démarrer un accompagnement avec un professionnel de la relation d’aide pour ne pas user les oreilles de vos proches. Et pour que vous ne finissiez pas à tourner en boucle sur le drame de votre vie.

Apprendre à se calmer et à se détendre

Pour aller mieux, essayez de faire des choses qui vous détendent et qui vous relaxent. Vous pouvez par exemple, écouter de la musique, lire, dessine, sortir prendre de l’air, faire une activité physique régulière. Vous pouvez aussi utiliser des audio tels que Méditation guidée « se détendre grâce à la mer », Méditation guidée « Rencontrer son sage intérieur », Guérir une partie de SoiMéditation guidée « Retrouver confiance ».

Pratiquez des temps de respiration, la méditation, la contemplation, le yoga, la prière… ou tout autre pratique qui vous aide à canaliser ou libérer le stress

Faites des activités créatives, artistiques, sportives… pour extérioriser et exhorter ce qui se trouve dans votre monde intérieur sans attente ni recherche de performance

Apprenez à voir la vie en rose, à vivre le moment présent et surtout à accueillir vos émotions.

Transformez vos (mauvaises) habitudes quotidiennes et améliorez votre hygiène de vie

Arrêtez ou modérez votre consommation de produits excitants : café, thé, sodas et autres produits contenant des sucres rapide, viande rouge…
Eviter les repas trop lourds, gras, sucrés ou copieux, fuyez les plats pré-cuisinés industriellement qui contiennent de nombreuses substances toxiques.
Adoptez une alimentation saine et équilibrée à base de fruits et légumes cultivés sans pesticide frais de saison.

Hydratez-vous correctement. L’eau, c’est la vie !

Faites de l’exercice quotidiennement. 15 minutes de marche quotidienne est à la portée de tous (sauf exception très spécifique)

Finissez-en avec l’auto médication sans conscience et autorisez-vous à demander conseil à un naturopathe, un médecin ou un pharmacien avant de prendre des médicaments en vente libre ou des remèdes à base de plantes. Beaucoup contiennent des molécules qui peuvent augmenter les symptômes d’anxiété.

Devenez conscient(e) de l’impact que peuvent avoir certaines actions qui semblent anodines mais ont des conséquences dramatiques sur votre mental. (cf. Avec quoi nourrissez-vous votre esprit ?)

Par où commencer pour transcender l’anxiété ?

Si vous ressentez que vous avez besoin d’aide et que vous souhaitez, plusieurs options sont à votre disposition.
Elles sont nombreuses et il est inutile de se presser ou de vouloir tout faire. Ce serait même contre productif.

Comme je vous l’ai indiquer, transcender l’anxiété est un processus de transformation qui s’inscrit dans le temps pour faire évoluer vos habitudes, comportements et stratégies de fonctionnement.
C’est à vous de choisir en usant avec conscience de votre libre arbitre.

Voici les ressources qui vous sont proposées pour initier un changement, à votre rythme, en respectant votre unicité. Tous ces outils sont intéressants dans le cadre de la libération de l’anxiété. Certains vous conviendront plus que d’autres. Ressentez ce qui vous semble le plus juste ou le plus approprié.

1- Accompagnement individuel

L’accompagnement est un accompagnement authentique de l’être (détails ici) , il se déroule en cabinet (à Mougins) ou à distance (téléphone ou visio).

Je suis présente de façon pleine et entière pour vous durant l’heure d’accompagnement. Pour cela, il vous suffit de choisir le jour est l’heure qui vous convient en prenant rendez-vous ici.
Dans le cadre d’un accompagnement visant à sortir de l’anxiété, le cycle d’accompagnement démarre par 3 séances d’une heure chacune espacées d’environ une semaine. Puis, nous évaluons ensemble la marche à suivre en fonction de vous et de vos besoins.

2- Séances enregistrées et des bandes audio

3- Web ateliers

le Pack B : Être Soi Libre et en Paix qui inclus les Web ateliers :

4- Méditation vibratoire de groupe

5- Lectures inspirées 

6 – Articles inspirants

7 – Un livre pratique

Si vous souhaitez déposer un témoignage, une remarque, une question, un commentaire ou simplement un message, le module de commentaire est à votre disposition.

Je vous souhaite Paix, Lumière et Amour.

Lætitia TRILLEAU

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :