Menu

Comment réussir à faire confiance ? La Confiance en Soi est une clé

Ah ! La confiance, quel vaste sujet ! Il est souvent épineux de réussir à faire confiance quand on connaît les défaut de l’humain. Pourtant, accorder du crédit et croire en l’autre est la clé de voûte d’une relation saine et sereine.

Si vous saviez le nombre de fois par jour où j’entends parler de confiance !
La confiance est un élément essentiel et incontournable de nos stratégies de fonctionnement quotidien. Il est donc logique que cet élément soit si souvent mis sur la table ou le billot.

Commençons par la base : savoir faire la différence entre estime de soi, confiance en soi et timidité

Ce qu’il faut bien intégrer, dès le départ, c’est que l’estime de soi, la confiance en soi et la timidité sont trois choses bien distinctes même si elles semblent intrinsèquement liées. Alors commençons par amener un peu de clarté à tout cela.

L’estime de soi, c’est la valeur qu’on se donne.

C’est la reconnaissance que nous donnons en nos capacités : nos savoirs, savoirs-faire et savoirs-être. Il existe un article dédié à ce sujet ici : Améliorer mon estime de soi c’est re-générer mon amour propre

La confiance en Soi, c’est le degré de fiabilité qu’on se confère.

Pour savoir à quel point on réussit à faire confiance à Soi, il suffit de se poser cette question : A quel point je considère qu’on peut compter sur moi ? A quel point est-ce que je pense être capable de mener des choses à bien ? Est-ce que je crois en moi et en mes capacités à réussir ? A faire les choses bien ?

La confiance en soi, c’est un mélange entre la reconnaissance de nos forces et faiblesses, capacité de constance, ténacité, éthique… cela dépend souvent de notre alignement entre qui je pense être, qui je souhaite être et qui j’incarne réellement dans ma vie.

La timidité c’est notre incapacité à supporter le regard des autres

Il est possible que voir la timidité par cet angle-là vous gène, mais c’est pourtant cela. Etre timide, c’est craindre le poids du regard de l’autre sur soi et en même temps la difficulté à s’exposer par peur que l’autre nous voit… tel(le) que nous sommes vraiment (avec nos qualités, mais surtout nos défaut et toutes ces choses qui nous semble, consciemment ou inconsciemment, sales et inavouables). Du coup, si on ne s’estime pas c’est plus dur et si en plus on ne croit en soi c’est d’autant plus complexe.

La timidité cache des questions du type : « Mais qu’est-ce qu’on va penser de moi ? » « Comment on va me trouver ? »
Pour sortit de la timidité, il va falloir oser sortir très doucement et progressivement de notre zone de confort en commençant pas des endroits sécurisés où règnent la bienveillance. Là aussi, le renforcement positif est important.

Alors, comment avoir confiance ?

Lorsque nous parlons de confiance, il faut en différentier plusieurs aspects : la confiance en soi, la confiance en l’autre puis par extension en les autres et la confiance en une conscience en-delà de Soi (Dieu, la Vie, la Nature ou autre). Dans ce dernier cas on parle souvent de Foi.

Mais, avant de basculer exclusivement sur la notion de confiance en soi, il est important de poser certaines choses.

Avant de pouvoir faire confiance à l’autre, il faut avoir confiance en Soi

C’est un fait incontournable. Celui qui a des doutes en ses propres capacités ne pourra que craindre celles des autres. Or, la confiance en soi, soit on l’a à la naissance de façon innée, soit nos parents nous la transmettent, en nous témoignant la confiance qu’ils nous confèrent (ce qui implique très souvent qu’ils aient confiance en eux) soit on l’acquière et on la fait grandir au fil de la vie.

Chaque expérience que nous vivons est une opportunité de faire grandir notre confiance, si tel est notre volonté. Elle est de l’engrais pour notre arbre de confiance. Celui peut alors grandir car votre être est un terrain fertile.

La confiance est un arbre subtil que nous devons faire grandir dans la Terre de Soi.
Ses feuilles sont des oiseaux lumineux et ses nombreux fruits des gouttes d’eau éclairante qui ne mouillent pas mais abreuve notre intériorité
Tout ce qui nait de cet arbre nous aide à éclairer les zones d’ombre de notre vie, pour en faire la demeure joyeuse de la Vérité.

– Lætitia Trilleau

Avoir confiance, c’est faire le choix d’accepter de prendre un risque

Hé oui ! Si le résultat est garanti, il n’y a pas de place pour la confiance car la confiance s’étend dans l’espace entre l’endroit sécuritaire que l’on connaît jusqu’à ce vers quoi on doit avancer les yeux bandés. La confiance remplit donc l’espace de l’inconnu qui peut-être considéré par l’ego comme une zone de « mise en danger ».

Si vous voulez prendre le risque de faire confiance à quelqu’un sans lui donner réellement votre confiance et en nourrissant intérieurement l’idée que ça va être nécessairement un échec, alors, vous répandez un poison au pied de votre arbre. Votre intention est alors de vous prouver que vous ne pouvez pas faire confiance. Pourquoi voulez-vous absolument vous prouver que vous ne pouvez pas faire confiance ? de quoi avez-vous peur ? D’être déçu(e) ? Pourtant pour éviter d’être déçu(e) vous mettez tout en oeuvre pour l’être ! Vous créez d’emblée les conditions pour que votre expérimentation soit un échec.

Pourquoi ne pas tenter le renforcement positif ?

Commencer par faire confiance à quelqu’un de fiable pour réaliser une tâche à « faible impact ». Quand je parle de faible impact, j’entends que la tâche est peu impliquante émotionnellement et en terme d’importance.

Aujourd’hui, nous aborderons uniquement la notion de confiance en Soi.

Comment réussir à faire confiance à Soi ?

Il faut croire en Soi. 

Voilà ça, c’est fait. A la semaine prochaine !  😆

Non ok, je blague. Je vous propose tout de même de continuer votre lecture. Car, la théorie c’est bien mais on vit en pratique.

Conte philosophique de l’archer

L’air était en paix ce matin là, la lumière douce et apaisante venait essuyer les larmes de rosée sur les toiles d’araignée.
Le vieux moine inspira, expira en appréciant l’instant présent.

Silencieusement et avec respect le jeune disciple vint se placer derrière son maître.
Cela faisait quelques temps que le jeune homme était confronté au doute.
Il ne comprenait pas pourquoi, malgré tous ses efforts, il progressait si peu, pourquoi il avait le sentiment que rien ne valait la peine, voir qu’il perdait son temps.

Le vieux moine, le regard droit, était assis, calme…

– Maître, malgré tous mes efforts, je doute

Le vieil homme se leva, sans un mot, et se dirigea vers une bâtisse près du monastère, le jeune disciple suivit.
Arrivés devant le bâtiment, un homme s’entrainait au tir à l’arc.
Le vieux moine s’assit, derrière lui. Le jeune disciple en fit de même. Le regard du maître englobait l’archer dans sa totalité…

– Qu’observes-tu ?…
– Je vois un homme qui s’entraine à l’arc…
– Que remarques-tu ?…
– Rien de spécial, il essaye d’atteindre la cible
– Que fait-il pour ça ?…
– Il vise !…
– Pas seulement, vois-tu ? Il doit d’abord tendre l’arc, ensuite, tu as raison, il doit viser…
– Je sais tout cela…
– Ce n’est pas tout, une chose est primordiale…
– Quoi donc ?…
– Il doit lâcher la flèche…
– Lâcher la flèche !! Mais c’est normal!…
– Oui c’est normal ! Comme tu dis, ça coule de source ! – dit le vieux moine en souriant. Pourtant combien d’entre nous oublions de lâcher notre flèche pour atteindre notre but ?…
– Je ne comprends pas tout…
– Le fait de tendre l’arc peut être rapporté à l’énergie, il en faut pour réussir à tendre l’arc. Le fait de viser peut être rapproché de l’intelligence. Et enfin, lâcher la flèche peut être rapprocher du lâcher prise. Si nous mettons trop d’énergie à tendre l’arc nous risquons de casser l’arc, pas assez et la flèche n’atteindra pas son but. Si tu vises trop longtemps nous allons nous fatiguer et perdre beaucoup d’énergie…
– Pourtant certains y arrivent…
– Oui mais à quel prix ?
– Lâcher sa flèche demande d’avoir confiance, confiance en soi, confiance en la vie. Celui qui doute a peu de chance d’atteindre son but et s’il y parvient ce sera avec beaucoup d’efforts et de temps…
– Vous voulez dire que je mettrai très longtemps à atteindre mon but…

Le vieux moine sourit, un sourire de compassion
– Souviens-toi ! Le monde est ce que je pense de lui…

Le jeune moine garda le silence…

– Nous perdons de l’énergie à nous juger ou à juger les autres, juger divise. Si l’homme juge la femme et la femme l’homme, il s’en suivra une division. Pourtant, lorsque l’homme et la femme éprouvent de l’amour l’un pour l’autre,  ils ne font qu’un et de cette unité jaillit une énergie inimaginable, la vie…

Le jeune disciple se dirigea vers l’homme qui s’entraînait. Celui-ci lui donna son arc. Le jeune moine regarda la cible, tendit l’arc, visa, ferma les yeux et lâcha prise, la flèche atteint la cible…
Le vieux moine sourit se leva et reprit le chemin du temple, un merle chantait….

A propos de croyance

J’ai ces derniers temps beaucoup de discussion autour des croyances, des religions, des phénomènes non perceptibles dans la matière… etc… Mais, une chose est sure, il serait intéressant, avant de rentrer dans ces croyances de commencer par avoir croire en soi. Sinon, vous serez bancal.

Alors, je vais être très directe avec vous. Il n’y a pas de méthode toute faite pour vous donner confiance en vous.
Chaque personne est différente. Et, cette confiance doit d’abord être identifiée. On cherche les racine de votre arbre de la confiance pour trouver son emplacement. Et, ensuite, le challenge va être de le faire grandir en lui apportant de l’engrais, de l’eau, de la lumière, de l’amour… et du temps.

Il faut commencer par de petites choses pour renforcer votre arbre. Il n’y a pas d’échelle de valeur. Avoir confiance dans les petites choses, c’est se permettre d’avoir confiance dans les grandes.

Pour commencer, dans quel contexte ? quel domaine ? à quel moment ? est-ce que vous vous faites confiance ?

Il y a toujours un endroit où on a confiance en soi. Ne serait-ce que pour faire nos lacets, manger sans se tâcher, nettoyer le lavabo, marcher droit,… la moindre chose aussi infime soit-elle où vous vous faites confiance est un bon point de départ. Ensuite, on va chercher à l’étendre. C’est une enquête que nous menons. Pour quoi d’autre vous faites-vous confiance ? Est-ce que votre confiance en vous-mêmes se limite à un domaine particulier ? ou est-ce que c’est votre non-confiance en vous qui se limite à un domaine en particulier ou un contexte en particulier ?

Qu’est-ce qui se passe à ce moment-là ? A quoi auriez-vous besoin pour étendre votre confiance dans les zones qui vous posent problème ?
Si vous parvenez à identifier ce besoin, quelles sont toutes les possibilités à votre disposition pour répondre à votre besoin ?

Et, si vous vous autorisiez à étendre votre champ des possibilités, quelles autres solutions pourriez-vous imaginer ?
Alors, commencer maintenant à en appliquer une du mieux possible.

Le passage à l’acte, la mise en oeuvre est la partie essentielle.

Observez ce qui se passe quand vous vous mettez en mouvement et les effets. Puis, soit vous rectifiez certains points, soit vous essayez une autre solution pour affiner et réussir à faire grandir petit à petit votre confiance.

Si vous buttez, quel que soit l’endroit où ça bloque, si vous le souhaitez, je suis à votre service. Il vous suffit de réserver votre consultation.

Vous avez aussi la possibilité d’expérimenter la méditation guidée reprendre confiance disponible dans la boutique

Je vous souhaite une belle semaine illuminée par votre ouverture à la confiance

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

S’inscrire à la Newsletter mensuelle

%d blogueurs aiment cette page :