Menu

Le petit point noir qui gâche la Vie

Il me tient à coeur de parler aujourd’hui du petit point noir qui nous gâche la Vie… ou pas. C’est un choix à réaliser en Conscience. Cheminons ensemble autour de ce thème essentiel dans la pratique du quotidien. Comment ne pas laisser ce ou ces petit(s) point(s) noir(s) nous gâcher la Vie et enfin être durablement heureux ou heureuse et même être en Joie ?

A plusieurs reprises, je vous ai parlé de l’importance des petites choses. Notamment à travers l’article : Prendre conscience de l’importance des petites choses. Or, une seule de ces petites choses, de ces petits détails, de ces petits riens peut anéantir notre journée. Ou nous gâcher la vie. Et, j’aimerais nous offrir une balade dans le contournement de ces pièges qui nous font chuter dans le trou.

A la terrasse d’un café, nous prenons le temps de nous poser à la fraicheur de l’ombre alors que la chaleur écrasante de la canicule n’est qu’à quelques mètres de nous. Derrière nous un brumisateur nous offre un peu de fraicheur supplémentaire. Nous expirons, nous relâchons et nous posons pour profiter.

Alors que le bruit de la circulation est tenu à l’écart par un pâté de maison, nous commandons à rafraichissement qui ne tarde pas à venir. Tout semble parfait. Nous envisageons d’accueillir le plaisir de la chance qui nous est offerte… sauf que des petites bêtes en ont décidé autrement.

Elles aussi ont chaud, soif et faim. Et, elles comptent bien considérer nos rafraichissements comme leur propre butin. Elles deviennent alors ce petit point noir qui nous gâche la vie.

Notre plaisir est gâché par le grincement et la frustration qui s’installent en nous. Plus chez certains que d’autres d’ailleurs. Je prends le temps d’observer cela.

Pourtant, nous avons le choix : laisser faire que ce point noir nous gâche la vie… ou pas

Le choix de laisser cet aléas de la Vie gâcher notre bonheur ou passer outre et apprécier ce qui nous est offert. La Vie nous offre constamment des choix. Nous sommes libres de nos décisions extérieures : prendre le temps de se poser en terrasse pour apprécier une fraicheur et un temps de détente opportuns. Et de nos décisions intérieures : se positionner en réaction aux guêpes qui elles aussi veulent prendre leur part ou nous focaliser sur les reste et nous réjouir de ce que la vie nous offre.

J’ai choisi de vous partager cette expérience simple car elle est parlante et reflète une multitude d’instants de notre vie. C’est un exemple simple de l’advenue d’un point noir qui nous gâche la vie.

Si j’ai tout ce dont j’ai besoin mais que je n’ai pas trouvé de travail satisfaisant. Je peux choisir de vivre dans la frustration. Et, en prime autoriser que ce point noir me gâche la vie. Ainsi je le laisse ternir tout ce qui m’est offert par ailleurs. Ou, je peux choisir d’être dans la gratitude de tout ce qui m’est offert en posant dans mon coeur que mon projet actuel est de trouver un travail qui me conviendra mieux.

Je peux aussi, en complément de cela, me poser la question suivante. Comment pourrai-je donner plus de sens à ce travail que j’ai actuellement ? Car je peux m’autoriser à reconnaitre que j’ai la chance d’avoir ce travail. Alors que certain(e)s n’en ont pas du tout. L’idée n’étant absolument pas de culpabiliser. La culpabilité est une mère de misère inutile. Si vous souhaitez cela mais que vous n’y parvenez pas seul(e), nous pouvons réaliser cela ensemble en accompagnement

Nous pouvons gâcher notre vie en nous focalisant sur le petit point noir

Et, croyez-moi, il y aura toujours un point noir. Toujours. Et c’est heureux !
Oui, je comprends que cette dernière exclamation puisse vous surprendre. Pourtant, sans un point noir, comment pourrions nous percevoir tout le reste qui est blanc, coloré ou lumineux ? Nous ne pourrions pas faire la différence. Et, en complément de cela, ce point noir nous donne un objectif qui nous permet d’apprendre de nous, de nous dépasser, de nous améliorer et de ne pas nous engluer dans l’apathie du confort qui nous endort et qui nous tue.

Car oui, beaucoup d’entre nous se trompent, le bonheur n’est pas dans le confort. Ceux qui sont nés dans le confort le savent. Pourquoi croyez-vous que les personnes qui réussissent en série partent régulièrement se soumettent à des défis sportifs intenses ?Pour quelle raison réalisent-ils des retraites rudes et sans confort, des pèlerinages,…?

C’est pour rester vivants ! Pour changer de cadre de référence, pour ne pas se ramollir, pour ne pas sombrer dans l’apathie, pour conserver la conscience de ce qu’ils ont. Et de qui ils sont.

Je peux vous partager en témoignage mon expérience. Si vous vous focalisez sur le point noir lors de ces moments, vous n’irez pas loin. C’est une bonne expérience du dépassement de soi. C’est aussi l’occasion de s’écouter (les limites de notre corps en conscience). Sans pour autant s’écouter (j’ai mal, j’ai faim, je suis fatigué, j’ai pas envie…).

Mais comment sortir de cette habitude de se focaliser sur le point noir qui nous gâche la vie ?

Une des pratiques qui est très aidante est celle de la gratitude. Chaque jour, définissez un temps durant lequel vous vous posez pour remercier de ce que vous avez. Un temps et un espace pour être dans la gratitude. Cela ne veut pas dire faire semblant que tout va bien. Il n’est pas question de rentrer dans l’illusion auto-suggérée proposée par pensée positive.

Il s’agit le matin, le soir avant de dormir, à ces deux moments ou un autre, de se poser entre Soi et Soi et de faire la revue du moment présent. Nous avons alors tout loisir de verbaliser ou de vibrer dans notre coeur nos points de gratitude :

Je remercie d’être en bonne santé, d’avoir des enfants pleins de vie et d’enthousiasme.

Je me remercie d’avoir osé dire non à ce nouveau projet proposé par mon chef qui allait à l’encontre de qui je suis. Alors même s’il était bien payé. Merci d’avoir choisi de me respecter plutôt que de vendre mon intégrité pour de l’argent.

Je m’offre de la gratitude pour avoir pris le temps de méditer sur un banc au soleil afin d’ avoir les idées claires, être ressourcée et alignée avec moi-même pour pouvoir verbaliser avec justesse, stabilité et respect mon refus.

Merci pour le repas sain et savoureux que j’ai eu le temps d’agrémenter pour ma famille.

Je remercie pour l’inspiration qui m’est offerte chaque jour.

Je suis pleine de gratitude d’avoir à mes côtés un compagnon qui me soutient et m’encourage. Et cela même lorsque ce n’est pas facile ou qu’il ne comprend pas mes motivations ou intentions et qu’il choisit de me faire confiance…

La pratique de la gratitude est d’une richesse incroyable.

Elle nous permet de percevoir les trésors qui sont dans nos mains et que nous ne percevrions plus sans cela.

Alors le choix nous est donné :

  • Focaliser sur le point noir
  • ou poser notre regard sur tout ce que la vie nous offre de bon sans jamais cesser de chercher à nous améliorer.

Le regard recèle de grand pouvoir magique que nous n’imaginons pas. A nous de choisir sur quoi est comment nous souhaitons porter notre attention.

Et pour autant, cela ne veut pas dire nier le point noir, juste lui donner moins d’importance et mettre en oeuvre ce qu’il faut pour qu’il puisse être transformé si c’est faisable évidemment 😉 Sinon, il est plus sage d’accepter de composer avec.

Si vous avez cherché à expérimenter cela. Mais que c’est difficile pour vous encore de l’appliquer. Vous souhaitez être accompagné(e) pour le mettre en oeuvre dans votre quotidien ? Parce que nous vivons en pratique et pas en théorie…
Il vous est possible de requérir un accompagnement ici.

Je vous souhaite de réussir à effacer les points noirs de votre vie en douceur et de réussir à ne pas laisser ceux avec lesquels vous devez apprendre composer vous gâcher la Vie.

Il existe de nombreux possibilités pour réussir à faire cela 😉

Bien à vous,
Lætitia

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.