Menu

Prisonnier de l’illusion

Nous sommes initialement tous Conscients de l’illusion, avant l’incarnation en tout cas. Enfin, j’imagine…

Puis, avec la descente dans l’incarnation, l’entrée dans la densité terrestre, les perceptions changent et le souvenir s’évanouit plus ou moins. Cela diffère d’un individu à l’autre en fonction de son expérience, de son karma, des talents qu’il a acquis au fil des incarnations, de son état de conscience du moment ou initial… Certains perçoivent l’illusion à un certain niveau. Mais, l’illusion existe à d’autres niveaux et a des natures diverses. D’ailleurs, il sera plus juste de poser qu’il existe plusieurs illusions. Tout comme il y a plusieurs poupées dans une série de poupées russes.

Nous-mêmes sommes prisonnier(e)s de l’une, de l’autre, de plusieurs. Ou, beaucoup, beaucoup plus rare, nous sommes parvenu(e)s à être en marge de toutes ces illusions.

Mais là encore, il est fort possible que ce soit ce que nous croyions, mais nous sommes encore bel et bien dans une illusion… différente mais illusion quant même !

Prisonnier de l'illusion
Crédits photos : Lætitia Trilleau

Dans de bien nombreux cas, nous croyons être en marge, en être sortis. Mais en vérité nous avons plongé dans le bain d’une bien plus grande illusion et nous ferions bien d’être vigilant(e) à ne pas nous y plonger trop profondément au risque de nous y perdre par noyade définitivement. Car, alors, s’en serait fini de nous !

Dans tous les cas de figure, l’illusion est liée à la matière, à sa densité, nous pourrions d’ailleurs poser le postulat que l’illusion est matière.

Donc, s’il n’y a pas de matière, il n’y a plus d’illusion direz vous. Et bien oui et non.

Sortir de la première illusion : être matière et se limiter à notre corps humain

La première illusion consiste à croire que nous nous limitons à un corps et que notre existence se limite aux fonctions de celui-ci. Celle illusion est la première dans laquelle nous plongeons et elle a une raison simple. Si nous croyions pas à cette illusion, il serait bien complexe de s’incarner et de prendre contact avec les foncions motrices de notre corps.

Si nous ne croyons pas être cette matière, nous ne pouvons pas l’animer. Cette raison est bête comme choux. Même les personnes télékinésiques vous le diront, si elles ne deviennent par l’objet ou l’environnement autour de l’objet, impossible de le faire se mouvoir.

Mais à trop s’identifier à la matière de notre corps, on risque de croire que nous mourrons en même temps que lui perdra vie. Ce qui serait hautement regrettable, vous me l’accorderez (j’imagine… à moins que je m’illusionne).

La deuxième illusion : croire que le rêve américain est le but ultime de la vie

Cette limitation est totalement liée à la précédente. Je crois alors que le seul but de la vie est de réussir, d’avoir du succès, une forme de puissance. Ou plus humblement qu’une vie réussie est de rencontrer quelqu’un, former un couple, avoir un ou des enfant(s), un lieu de vie, un chien, une voiture, tout un tas d’accessoires de vie, voyager et partir en vacances.

Là encore il s’agit d’une illusion bien amère qui s’effondrera en même temps qu’une des pièces de ce château de cartes viendra à se retirer.

Alors pour celle ou celui qui est pris par cette illusion, il est fort probable que la dépression l’envahisse au fur et à mesure qu’il ou elle se retire du flux de la Vie en même temps que la déception, culpabilité, sentiment d’injustice ou d’incompréhension l’envahit.

Alors, il/elle pourrait profiter de ce tournant, certes douloureux, pour se rendre compte qu’il/elle n’a pas besoin de tout cela. Car tout cela n’est que foutaise et illusion.

Troisième illusion : Croire que nous sommes prisonnier d’un système pyramidal manipulé par des élites

Attention, je ne dis pas qu’il n’existe pas. Il existe, mais nous n’en sommes prisonniers que pour de faux comme diraient les enfants. C’est comme si ,tous ensemble, on joue à se faire croire que nous sommes enfermés dans cela. Mais nous y sommes enfermés uniquement si on se laisse prendre dans l’illusion de cette limitation virtuelle.

Ou, si nous décidons de lutter contre. Car, en luttant contre, nous devenons un met de choix qui va nourrir et densifier cette illusion (cf. Et si nous arrêtions de lutter contre ?)

La bonne nouvelle c’est que pour sortir de cette illusion, il suffit de prendre la porte de sortie 😉
Ok, c’est un peu plus complexe que cela. D’ailleurs, évitons de nous tromper de porte.

Mais le but réel c’est quoi ? Ce système pyramidal, il existe pour quoi ?

Pour éviter de partir dans des explications trèèèèès longue. Je répondrait simplement, peu importe. La seule chose importante est ne pas nous prendre.

Mais comment ?

Hé bien ne nous laissons pas asservir. Soyons libres ! Ne faisons pas des choix de modes, ni pour se déculpabiliser, ni pour paraitre être une bonne personne, un bon parent, un bon travailleur…. Faisons nos choix en conscience parce que cela vibre juste en résonance avec notre coeur. Le reste, n’a aucune importance.

Même le système pyramidal des égyptiens qui est un des pires de l’histoire l’a dévoilé au grand jour. Le plus important, ce sera le poids de notre coeur lorsque nous passerons de l’autre coté. Or, qu’est-ce qui pèse dans notre coeur ?

Ce qui pèse, c’est tout ce que nous avons fait à contre coeur, par dépit, ignorance, bêtise, méchanceté, soumission ou asservissement à l’homme ou à un système de croyance. Ce dernier nous poussant souvent à mettre en oeuvre des choses contre nature pour devenir sensément vertueux/se et être reconnu(e) comme tel(le).

Quatrième illusion : Croire que nous n’avons qu’une vie

Cette illusion est liée et se mélange aux précédentes. Je mets tout de même un bémol avec celle juste avant. Cette croyance, de nos jours semble absolument folle. D’autant plus compte tenu de toutes les preuves collectées et accumulées au fil des années.

Et ne parlons pas de celles qui datent déjà de plusieurs siècles !

Même la Bible, le livre de la vie et de la mort, le livre des morts, la Bhagavad-gita et bien d’autres livres sacrés en parlaient déjà. Mais évidemment, il faut savoir plus ou moins lire entre les lignes.

Il y a aussi tous les témoignages collectés dans toutes les contrées du monde, qui se recoupent parfaitement malgré les différences de cultures et de croyances. Les traces se retrouvent à des périodes où les différents peuples des continents du monde ne se mélangeaient pas et ne connaissaient pas l’existence les uns des autres.

Le fonctionnement du karma implique la réincarnation

Evidemment, certaines lois, telles que le karma, que nous avons tous pu observer à un moment ou un autre de notre vie, ne sont pas explicables si on se limite à une seule vie. Dans certains cas, lorsqu’on ne fait pas rentrer la composante de la réincarnation dans les composantes de l’analyse, ça n’a aucun sens, aucune logique. Mais, si on intègre l’hypothèse de la réincarnation, mais si on émet des doutes, alors là, tout est clair, limpide même ! Certains éléments (très nombreux en vérité) s’expliquent par conséquence de vies multiples vécu par l’âme.

Par contre, il faut reconnaitre que pour l’ego, il n’y aura qu’une seule et unique vie. D’où la pression qu’il nous met à croire et nous replonger dans la deuxième illusion. Pourquoi ? Parce qu’il a peur de ne pas goûter à toutes les richesses, saveurs et expériences de la vie.

L’âme, au contraire, sait que si cela ne se réalise pas dans cette vie, cela pourra se réaliser dans la suivante. Du coup, la réussite matérielle n’a rien d’urgent ou d’important. En plus de cela, elle sait pertinemment que ce n’est pas le but ni la finalité de l’expérience humaine. Sauf, évidemment si c’est ce qui a été décidé comme expérience pour l’incarnation concernée. Pour elle, il n’y a donc pas d’urgence. Le seul point essentiel est de réaliser chaque geste, chaque parole et chaque pensée avec Conscience et vigilance de ce qu’elles impliquent.

Cinquième illusion : croire que nous sommes enfermés dans la matrice

Comment ça me direz-vous ? On est bel et bien dans une matrice !

Ben oui, mais non. Nous avons toujours l’illusion d’être dans la matrice mais nous n’y sommes plus… enfermés en tout cas. C’est un peu comme lorsqu’on regarde une lumière trop longtemps de façon trop soutenue ou prolongée. Même si nous quittons la lueur des yeux, c’est comme si la source de lumière était encore là alors qu’elle n’y est plus. C’est ce qu’on appelle une réminiscence.

Cette reminiscence est visuelle. L’expérience passée a laissé une trace.

Mais il existe d’autres formes de reminiscence. Lorsqu’une pression inconfortable a été opérée sur notre corps, avec un poids ou un objet, même si on retire ce poids ou cet objet, on continue de le ressentir encore alors qu’il n’est plus là.

Hé bien, nous en sommes là chers amis. Nous avons acquis de vieux réflexes il y a de nombreuses vies de cela et nous continuons à avoir les même réflexes enfermants et limitants. Mais, comment les perdre me direz-vous ?

Je n’ai pas de solution miracle mais j’ai quelques pistes :

*Remettre en cause ce que nous savons
*Challenger nos limites
*Avoir la foi et prier pour que notre vision et nos perceptions soient restaurées
*Ne pas reproduire “parce que c’est comme ça depuis toujours”
*Faire confiance à l’inspiration
*Ecouter notre petite voix intérieure qui nous susurre des secrets (pas la grosse trop sure d’elle qui parle tout le temps)

Le plus important c’est l’expérience du vivre ensemble, avec Amour et le poids de votre coeur à la fin de l’incarnation. Dit autrement : jouons collectif, soyons fair play, partageons notre passion de la Vie et gardons le coeur léger.

Bien à vous,
Lætitia

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.