Gérer mes émotions pour enfin Vivre librement et sereinement

Pour quelle raison, ai-je choisi ce moment particulier pour vous parler de la gestion de vos émotions ? Il est à noter que j’ai chamboulé tout le programme prévu des articles à publiés et des tâches à réaliser pour cela.

Nous sommes, actuellement, en plein tumulte dans l’énergie de la pleine lune qui continue de nous toucher. La lune fait face à Jupiter et se trouve carré Mars. Cela nous rend dynamique mais impulsif ; Conquérant(e) mais en difficulté pour garder le contrôle de soi. L’atmosphère est donc propice à nous laisser emporter par la colère et l’intransigeance exacerbées par Mars.

Il me semble juste et nécessaire d’aborder, en résonance la fameuse question de la « gestion des émotions« . « La gestion des émotions » j’ai une sainte horreur de ce terme. Comme si l’émotion était une vague tâche à gérer. Comme si on pouvait avoir un controle quelconque sur l’émotion. Depuis des décennies, on nous explique que les émotions sont dérangeantes, qui c’est inacceptable d’exposer ses émotions à la vue et au su des autres.

Pleurer en public, se mettre en colère, exprimer de dégoût, s’effondrer face à nos peurs… alors que les émotions, je vous le dis, c’est la Vie.

L’émotion, c’est ce qui nous différentie de l’ordinateur ou du robot. Et, au-delà de cela, l’émotion n’a rien de dangereux.
Elle est là pour nous transmettre une information utile et importante sur nous-même. Dont, il serait urgent de prendre conscience.

Savez-vous que de tous les processus, ceux qui passent par le corps sont les plus directs ?

Le ressenti c’est le langage du corps. Or, l’émotion se manifeste sous forme de ressenti.
Or, la réaction du corps devance de 30 secondes la réception de l’information par notre cerveau conscient. Le réflexe, la réaction corporelle se fait avant que toute interprétation mentale puisse se faire. On est alors au plus proche de la Vérité, de la réalité.

Il y a quelques temps de cela, je vous parlais de l’utilité d’oser pleurer en séance. Les larmes spontanées qui montent, on ne sait même pas pourquoi sont un signe très fort. Il s’est passé une modification profonde. Il serait mieux de la célébrer plutôt que de la cacher. Pour quelle raison devriez-vous avoir honte de vos larmes ? Cela prouve que vous n’êtes pas mort(e) !

Quelle est l’utilité de se montrer insensible ?

Cela prouve que je suis fort(e). Ainsi, les autres ne pourront pas profiter de mes faiblesses.

Si vous saviez le nombre de fois où j’ai entendu cela !
Je ne vous parle pas du nombre de fois où je l’ai moi-même dit ado et jeune adulte.
Et, bien, aujourd’hui, je vous le dis d’expérience : Cette stratégie est contre-productive.

Accepter de vivre mes émotions m’a libéré de ma colère. Cela a diminué la fréquence et le degré de mes éruptions d’eczéma. Mon asthme a totalement disparu. Mais, encore mieux que cela, cette démarche d’accueil m’a permis de me reconnecter à moi-même en arrêtant de créer une barrière m’empêchant de Vivre le moment présent.

Toutes mes stratégies mentales inconscientes m’empêchaient de vivre dans le moment présent.
J’étais une boule d’anxiété craignant toujours davantage l’avenir de peur de vivre l’instant présent.
Pour quelle raison ?
Et bien, simplement parce que les émotions, on ne peut les contourner en vivant dans le moment présent. C’est dans l’instant présent qu’elles nous envahissent.

A propos de notre cerveau émotionnel

Notre cerveau limbique, celui qui régit les émotions à l’âge mental, le comportement, les réactions d’un enfant de 6 ans.
C’est pour cette raison qu’il est indomptable.
Notre enfant intérieur est le reflet de notre cerveau limbique.
Observez un enfant de cet âge et vous comprendrez certaines de vos réactions inconscientes.

Chercher à museler cet enfant est une grave erreur.

C’est comme poser du lambris sur un mur couvert de moisissures dans une pièce humide. Oui, certes, vous ne voyez plus le problème. C’est plus esthétique. Mais, le problème est toujours là et s’amplifie dramatiquement loin de votre regard. Pourtant, à un moment donné, il va ressortir et vous serez obligé(e) de vous en occuper plus sérieusement. Devant vous confronter aux conséquences de ce déni temporaire.

Alors, que faire  ?

Il existe de nombreuses possibilités :

Mais, la seule Vraie nécessité, c’est prendre la décision de faire face à la problématique pour la résoudre et se libérer de ses émotions trop longtemps retenues en otage à l’intérieur de vous.
Car, oui, je vous le dis, à ne pas vouloir écouter cette émotion, ce sentiment, vous en avez fait votre otage. Et, c’est se trimballer à longueur de temps cet otage qui vous pèse.

L’émotion, le sentiment, n’est présent que pour vous transmettre une information importante, que dire, essentielle à propos de vous. De votre mode de fonctionnement, de vos besoins, de votre Soi profond. Alors, rendez-vous service, relâchez cet otage qui ne souhaite que votre bien.

Besoin d’aide pour cela ?

Je suis à votre service. Pas besoin de chercher à déterminer par vous-même quelle est la méthode qui sera le plus adaptée pour vous. Nous le déterminerons ensemble lors de votre consultation.

Je vous souhaite une douce et chaleureuse semaine.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *