Menu

Pratiquer le positivisme

Le positivisme c'est ok ?

Le positivisme est ce courant qui se base sur la pensée positive. Très à la mode depuis quelques années, le positivisme offre des avantages mais aussi des inconvénients. Pour éviter toute redite, tout au moins, je l’espère, voici un article qui abordait déjà une partie du sujet : La pensée positive ne suffit pas !

Positivisme vs négativisme

Intrinsèquement, le positivisme est opposé au négativisme. Les deux étant les extrêmes opposées d’un seul et même segment. Je ne l’invente pas, c’est un principe d’hermétisme. Or, ces deux opposés le sont de par le système de lecture que nous adoptons pour analyser et interpréter notre vie.

Ici, il est clairement question d’une perception duale. Nous pouvons les rapporter respectivement à l’optimisme et le négativisme. Noter à quel point ce dernier mot semble étrange “négativisme”. On ne l’utilise que très peu car il est habituel ou plus usuel de parler de négativité. En utilisant le terme négativité, nous mettons cela à l’extérieur. Ainsi, nous gagnons l’avantage de sous-entendre qu’on subit la négativité. Alors que le négativisme sous-entend qu’il s’agit d’un courant de pensée auquel on choisit de se soumet de l’intérieur en l’adoptant. Il s’agirait donc d’un choix plus ou moins conscient. Intéressant non ?

Bien ou mal, positif ou négatif ?

Non. Ah ! Pourtant cela implique que la personne n’est pas négative, elle n’est pas acteur du processus, elle en est victime et subit cela. Elle est persécutée par la négativité. Or, en posant cela, on lui retire son plein pouvoir de choisir de faire autrement en prenant les choses en mains. Et, je trouve cela très regrettable. Mais bref…

Le positivisme ou la positivité appliquée

Le positivisme est un courant de pensée que l’individu s’applique à lui-même pour voir la vie en rose. Parce que c’est ce qu’il faut faire pour être reconnu comme étant positif en opposition à être négatif. Ce qui serait mal perçu par les autres. C’est à dire que la personne s’oblige à percevoir le coté positif des choses. Cela sous-entend donc qu’il y aurait toujours un coté positif. Ce qui, clairement est tout bonnement faux. Là encore, je vous invite à vous reporter à La pensée positive ne suffit pas !

Chercher un coté positif à une situation qui n’a rien de bénéfique peut générer de grosses difficultés voir des distortions mentales. Il est intéressant, bien sûr, de voir le verre à moitié plein plutôt que de le voir à moitié vide, mais il est vivement recommandé de ne pas chercher à s’imposer une vision que n’est pas en résonance avec ce que nous vivons. S’habituer à percevoir ce qui va bien, ce que nous avons, ce qui nous est offert plutôt que de se focaliser sur ce qui ne va pas, ce qui nous manque ou ce qui n’est pas disponible pour nous est bien sur une très bonne habitude à prendre.

Être positif, une obligation du positivisme

Aller au-delà de la limitation de la perception duale bien ou mal positif ou négatif

A mon sens, il serait bien plus utile et adapté de sortir du regard dual. Une situation n’a pas à être polariser en c’est bien ou c’est mal. Et, on ne devrait pas avoir à choisir entre être positif et négatif. Car, il s’agit bien de cela derrière la couverture.

Ne pourrions-nous pas plutôt choisir entre être optimiste ou pessimiste ou encore mieux voir les choses sans polarité et choisir d’être enthousiaste quels que soit les évènements ?

Ou, encore mieux ne pourrions pas nous offrir une perception toute en nuances. Ainsi nous passerons d’un monde en noir et blanc 🏴🏳️ à un monde en nuance de gris 🏁 pour parvenir à atteindre un monde tout en couleurs. 🤩 🦋 🌷

Positivisme ou enthousiasme ?

La proposition peut sembler étrange. Finalement n’est-ce pas la même chose qui offre la même limitation et les même problèmes ? Oui et non.

J’y vois tout de même de grandes différences. Le positivisme implique que nous nous imposition de voir les choses, les faits, les évènements avec un regard positif. Cela revient à essayer de se convaincre intérieurement soi-même que :
-Ok, il m’est arrivé ce truc atroce mais c’est pour mon bien.
-Je vis une situation dramatique mais c’est bon pour moi et c’est ok
-…
Et ensuite, nous le partageons au monde. Cela revient dans de nombreux cas à se mentir à soi-même.

Pratiquer l’enthousiasme, je vois cela complètement autrement.

Garde le sourire et continue ! 
Le diktat du positivisme.
Garde le sourire et continue !

Cela reviendrait à se dire intérieurement :
-Ok, il m’est arrivé ce truc atroce mais ça aussi, ça passera et la vie m’offrira du mieux.
-Je vis une situation dramatique. C’est vrai mais vers quoi je voudrais tendre pour que cela s’ouvre sur du mieux ?
-…
Et ensuite, je prends pouvoir sur ma vie, sur ce que je veux créer, je suis acteur/actrice. Qu’est-ce qu’il dépend de moi de mettre en oeuvre pour aller vers ce mieux que je veux pour moi. D’un point de vue alchimique ou de jardinier, cela revient à se demander :

Comment puis-je transformer cette pourriture, cette matière viles ou lépreuse en engrais ou compost, pour obtenir de bons fruits ?

N’est-ce pas plus sympa d’avoir pour projet de cultiver de bons fruits plutôt que d’essayer de se convaincre que manger de la pourriture c’est bon pour nous ?
Enfin bon, moi, je dis ça, je dis rien… On va encore dire que j’exagère ou que je n’ai pas compris. Si, si, j’ai très bien compris le principe. C’est louable sur le papier. Ca peut aider parfois. Mais ça dépend où nous en sommes dans le processus de notre expérience. Si nous nous l’imposons trop tôt, ça crée des difficultés encore plus grandes qu’à l’origine.

En accompagnement, j’ai été amenée à aller voir un peu plus loin et en profondeur, dans les processus et j’ai observé comment se déroule le processus dans la psyché et dans l’invisible. Mais bon, je n’ai pas de preuves, j’ai juste collecté des perceptions de comment de très nombreuses personnes (chacune à sa manière) se sont enfermées dans des situations mentales inextricables.

L’enthousiasme, agent moteur du mieux être

On rapporte que Winston Churchill disait que « Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ». Or, ce serial failer a réussi le peu de devenir Président des Etats-Unis… Alors évidemment, je ne dis pas que le chemin est confortable mais il est possible d’y cueillir des instants de bonheur, d’émerveillement… même au coeur de l’épreuve.

Pour cela, je ne saurais que trop vous recommander les temps de ressourcement, de retour à soi, de paix… alternant avec les moments d’activités physiques intenses, la pratique de l’art ou de la créativité… Pourquoi ? Et bien, c’est comme lorsque nous voulons faire un long trajet en voiture, il est nécessaire de faire des temps de pauses et de s’arrêter remettre du carburant ou recharger la batterie. Sinon, c’est dangereux, on risque un accident ou de tomber en panne.

Et bien dans la vie c’est pareil. Parfois, on croit gagner du temps et on fait de mauvais choix qui nous amène à perdre plus de temps ou à ne jamais arriver à destination.

Envie d’y voir plus clair ou de déterminer où se cache le filon d’enthousiasme en soi ?

Il est possible de demander un accompagnement pour apporter de la conscience ou de la clarté. Pour en bénéficier, rendez-vous ici

Je vous souhaite une lumière journée.
Bien à vous,
Lætitia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :