Menu

Offrir une nouvelle vision du péché originel dans le jardin d’Eden

Je me suis souvent posé la question de la réalité de ce qu’est le péché originel qui a eu lieu dans le jardin d’Eden, car la Bible comme les autres livres sacrés s’expriment en langage métaphorique, symbolique et parabolique. Ainsi, prendre l’histoire à la lettre serait une grossière erreur.

Ainsi, chercher à donner la responsabilité de la faute à l’un ou à l’autre des protagonistes pour trouver le coupable est aussi un non-sens. C’est un ensemble d’interactions et de choix qui ont abouti au résultat de cette faute originelle. Alors inutile de chercher une faute ou un coupable, d’autant plus si cela se déroule au sein du Paradis ! Ici, il n’y a ni victime ni coupable. Il y a juste celui qui est qui il est dans l’instant présent de l’Eternité. Mais d’ailleurs, le jardin d’Eden est-il le Paradis d’ailleurs ?

Avant d’étudier la question, je tiens à vous préciser que cet article ne vous propose pas d’étudier la question d’un point de vue théologique, ni prétendre vous donner la solution ou la Vérité. Il n’a pour but que d’aborder une réflexion et des éléments pour que chacun puisse y trouver sa propre vérité selon son niveau de conscience.

Avant d’abordé le péché originel, commençons par nous intéresser par le lieu où se sont déroulés les évènements : Le jardin d’Eden

Mais où se trouve le Jardin d’Eden ?

Dans la Bible, on parle du jardin d’Eden, qui est définit comme le jardin des délices.
Si on observe les différents récits, il n’est pas réellement possible de lui attribuer un lieu géographique. Certains ont tentés de le situer en Mésopotamie… en vain. La seule indication est ici :

En effet, l’Eternel console Sion, il a pitié de toutes ses ruines ;
il rendra son désert pareil au jardin d’Eden, sa plaine aride pareille à un jardin de l’Eternel.
On trouvera au milieu d’elle la joie et l’allégresse, la reconnaissance et le chant des cantiques.

A noter que le Mont Sion est une des colline de Jérusalem.
Mais Eden n’est pas Sion. Il est dit que l’Eternel souhaite lui en donner la ressemblance pour consoler Sion.

D’après cet extrait, la seule chose que nous pouvons en conclure, c’est que le jardin d’Eden est un jardin de l’Eternel. Doit-on en conclure qu’il est dans l’Eternité pour autant ? C’est-à-dire qu’il se trouve hors du temps ou uniquement qu’il est un jardin de Dieu ?

Eden est aussi relié aux notion de : Base, piédestal, socle (fort, ferme) sur lesquels tenait le tabernacle. Le tabernacle étant l’habitation, le foyer… là où on s’établit, s’installe, se sédentarise, s’ancre, s’enracine.

Mais, le Jardin d’Eden où à eu lieu le péché originel est-il le Paradis ?

Ah ! la Paradis ! Un rêve commun et universel vers lequel chaque humain aimerait aller. Pourtant, est-il possible que le péché originel ait eu lieu au Paradis ?
Pourrait-on imaginer un tel fait ?

Dans les versions françaises de la Bible, on trouve le mot Paradis dans 6 passages :

  • 3 fois dans le Nouveau testament (Lu 23:43, 2Co 12:4Ap 2:7)
  • 3 fois dans l’ancien testament (Ne 2:8Ec 2:5Ca 4:12). L’hébreu pardès dérive lui-même du vieux persan pairidaêza et signifie enclos ou jardin.
Faut-il se vanter ? Cela ne [m’]est pas utile. J’en viendrai cependant à des visions et à des révélations du Seigneur.
Je connais un homme en Christ qui, il y a 14 ans, a été enlevé jusqu’au troisième ciel. Etait-ce dans son corps ou à l’extérieur de son corps, je l’ignore, mais Dieu le sait.
Et je sais que cet homme – était-ce dans son corps ou à l’extérieur de son corps, je l’ignore, mais Dieu le sait –
a été enlevé au paradis et a entendu des paroles inexprimables qu’il n’est pas permis à un homme de redire.
2 Corinthien 12

On lit donc ici, que le Paradis si situe au troisième ciel. Mais on ne sait rien de plus à ce niveau.

Par contre, dans la littérature juive tardive et les écrits chrétiens, le terme Paradis est employé pour désigner le séjour des morts bénis.
Ce passage au Paradis est : définitif pour les justes (Hén. slav. 8 42:3, 5, Pseudo-Esdras 7:36,123) et temporaire pour les élus (Hén. éth. 61:12 70:2 60:8).

Ainsi, c’est au Paradis que Henoch (l’Etiopien) et Elie sont admis, avant d’accéder au Royaume Messianique (Hén. éth. ch. 37-70).

Faire le lien entre le Paradis et Eden serait un raccourci à mon sens malvenu.

Eden était, à mon sens et selon mon interprétation personnelle, la Terre dans son aspect primitif, entendez originel lorsqu’elle se trouvait dans sa dimension initiale.

La science initiatique et la kabbale nous apprennent d’ailleurs que l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal se trouve désormais dans le treizième éon.
Or, dans les espaces de l’univers local de cet éon, elles nous indiquent que ni les hiérarchies positives ni les négatives n’ont de contrôle exclusif. Elles s’affrontent donc perpétuellement.
Ce qui a un impact direct sur les populations locales… Or, il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir pour se rendre compte que c’est exactement ce qui se joue sur Terre depuis des éons (heu ok c’est un jeu de mots… entendez depuis des siècles) !

Et, que s’est-il passé depuis ? Hé bien, le péché originel; la ¿faute? originelle a été commise pardi !
Pour la suite, je vais partir du postulat qu’Eden est la Terre originelle.

Que s’est-il donc passé dans le Jardin d’Eden ? Quel est ce péché originel ?

Eden était notre planète Terre remplie de délices, de bonheurs et d’émerveillements. Un jardin fertile et luxuriant remplis d’espèces de minéraux, de végétaux et d’animaux variées. Tout y était disponible librement. Il suffisait de cueillir le juste nécessaire. Il n’y avait alors aucune limitation. C’était l’Abondance parfaite. Tous les besoins étaient satisfaits, comblé. Le manque n’existait pas. Fallait-il donc l’inventer pour autant ?

Voici ce qui est dit du « péché originel ». Notez qu’on ne parle pas de faute héhé

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Dieu a-t-il vraiment dit : ‘Vous ne mangerez aucun des fruits des arbres du jardin’ ? »
La femme répondit au serpent : « Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.
Cependant, en ce qui concerne le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ »
Le serpent dit alors à la femme : « Vous ne mourrez absolument pas,
mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme Dieu : vous connaîtrez le bien et le mal. »
La femme vit que l’arbre était porteur de fruits bons à manger, agréable à regarder et précieux pour ouvrir l’intelligence. Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea.
Leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent, et ils prirent conscience qu’ils étaient nus. Ils attachèrent des feuilles de figuier ensemble et s’en firent des ceintures.
Quand ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu en train de parcourir le jardin vers le soir, l’homme et sa femme se cachèrent loin de l’Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin.
Cependant, l’Eternel Dieu appela l’homme et lui dit : « Où es-tu ? »
Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin et j’ai eu peur, parce que j’étais nu. Alors je me suis caché. »
L’Eternel Dieu dit : « Qui t’a révélé que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé du fruit de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? »
L’homme répondit : « C’est la femme que tu as mise à mes côtés qui m’a donné de ce fruit, et j’en ai mangé. »
L’Eternel Dieu dit à la femme : « Pourquoi as-tu fait cela ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée et j’en ai mangé. »
L’Eternel Dieu dit au serpent : « Puisque tu as fait cela, tu seras maudit parmi tout le bétail et tous les animaux sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.
Je mettrai l’hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon. »
Il dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses. C’est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »
Il dit à l’homme : « Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : ‘Tu n’en mangeras pas’, le sol est maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
Il te produira des ronces et des chardons, et tu mangeras de l’herbe des champs.
C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, et ce jusqu’à ce que tu retournes à la terre, puisque c’est d’elle que tu as été tiré. Oui, tu es poussière et tu retourneras à la poussière. »
Adam appela sa femme Eve, car elle devait être la mère de tous les vivants.
L’Eternel Dieu fit des habits en peau pour Adam et pour sa femme, et il les leur mit.
L’Eternel Dieu dit : « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous pour la connaissance du bien et du mal. Maintenant, empêchons-le de tendre la main, de prendre aussi du fruit de l’arbre de vie, d’en manger et de vivre éternellement ! »
Ainsi, l’Eternel Dieu le chassa du jardin d’Eden pour qu’il cultive la terre d’où il avait été tiré.
Après avoir chassé Adam, il posta à l’est du jardin d’Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l’arbre de vie.
Génèse 3

Le serpent s’appuie sur plusieurs éléments pour générer le péché originel :

1 – L’innocence ou plutôt la naïveté
2- Il crée de la frustration et de la confusion mentale chez la première femme. Il s’appuie sur le levier de l’envie en s’appuyant sur son orgueil et sa curiosité. Il introduit même une validation illusoire de Dieu en Disant « Dieu sait ».
3- Le manque de discernement concrétise la matérialisation du péché. Le fruit est beau, mur et appétissant, alors elle s’autorise à le goûter et partage avec Adam qui devient son complice en partageant du même coup le manque de discernement et de sagesse. A noter par ailleurs, que tout étant en abondance, il semble naturel que sa tendance soit au partage… puisqu’il est avec elle.

Ce qui arrive ensuite, c’est l’apprentissage de la différence, la séparation, la peur, la honte, la sexualité… la douleur et la souffrance

Dans Genese 4, on prend conscience que c’est après la chute qu’Adam devient un homme terrestre qui a ses premières relations sexuelles avec Eve. Et, c’est à partir de là qu’ils peuvent enfanter = créer un nouvel être humain.

C’est à la fin du texte qu’il est donné un prénom à Eve. Elle n’était définie avant que comme la femme mise aux côtés d’Adam. Elle est d’ailleurs tirée d’une de ses cotes. A noté aussi : Eve et Adam n’avait pas de peau avant d’être « puni » suite à ce péché originel. Voici quelques pistes pour expliquer cela.

Adam est le principe masculin (l’esprit) de l’humain et Eve le principe féminin (la matière).

Et tous deux étaient innocents comme des petits enfants avant ce qui a été appelé « la chute ». La vie était douce, légère, simple et pleine de saveur. Mais un jour, le serpent (le diable, ce démon intérieur, la partie sombre de l’humain) a tenté, celle qu’on appellera ensuite, Eve en l’incitant à goûter au plaisir du péché défendu (le fruit de l’Arbre du bien et du mal = la dualité). Eve a tellement aimé cela qu’elle l’a fait goûter à Adam son mari. Et ils ont eu peur de perdre, de manquer… de ce plaisir…

Cette peur les a fait glisser de l’Abondance et la Providence ; du Paradis à l’Enfer de la peur, du manque et de la limitation. Et ils ont aussi connus la culpabilité. On pourrait pensé qu’ils ont changé de lieu, mais c’est faux. Ce changement ne s’est fait que dans le mental. C’est leur niveau vibratoire qui a baissé et entrainé la densification de leur réalité.

Ils ont chuté. Entendez par là qu’ils sont entrés dans une densité plus lourde. Là où il y a la matière. Et, à partir de là, tout a changé et tout s’est enchainé jusqu’à nous.

Ils ont commencé à vouloir faire des réserves pour se protéger, à rechercher des moyens accumuler les possessions… sans fin. En faisant cela, ils sont passés du plaisir de vivre les délices spirituels de la Vie à l’obsession de posséder plus de sources de plaisirs et de biens matériels. La Vie est devenue rude et sa saveur amer.

Les délices spirituels du Jardin d’Eden avaient la douce saveur du bonheur de vivre pleinement et librement. Adam et Eve regardaient alors le ciel. Mais en portant son regard sur le serpent, Eve a tourné son regard vers le bas, vers la matière et a entrainé Adam avec elle dans cette obsession. Cela à commencé en goûtant, puis s’est amplifié dans cet élan à posséder toujours plus de sources de plaisir matériel. Cela a retiré toute saveur à la Vie qui ne laisse qu’un goût amer de « pas assez » et de peur de manquer.

Et maintenant ? Quelle issue ? Le péché originel a été commis. Que fait-on ?

En mettant en priorité la poursuite de l’accumulation matérielle, l’humain fait passer l’esprit au second plan. La Vie se transforme alors petit à petit en une routine d’involution spirituelle.
Au lieu de s’élever, l’humain chute dans la matière. Il revit et fait perdurer exactement l’expérience d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden. L’humain reproduit constamment le même schéma.

Sa seule voie de salut serait de faire le chemin inverse : Abandonner le monde du jugement et de la peur, élever sa vibration en s’éloignant de la vision dualiste du monde et se reconnecter à l’Abondance en choisissant la Providence et l’Unité plutôt que le manque et la séparation.

La première étape pourrait être de sortir de la notion de jugement, arrêter de chercher un coupable responsable d’une faute et chercher la cohésion, le bien commun. Ce cheminement est un chemin de vie. C’est cela l’évolution spirituelle : un changement de perception au quotidien. Pour quitter l’Enfer sur terre et entrer dans Eden 😉

Alors, vous commencez quand ?

Il n’est jamais trop tard. Et le bon moment est toujours l’instant présent

Vous avez besoin d’aide ? Vous ne savez pas par où commencer ?
Si vous le souhaitez, je peux vous accompagner dans cette démarche.
Pour cela, il vous suffit de prendre rendez-vous.

Je vous souhaite Paix, Joie et Lumière

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

S’inscrire à la Newsletter mensuelle

%d blogueurs aiment cette page :