Menu

Pour quelle raison sommes-nous sur Terre ?

Aujourd’hui, je souhaite aborder cette question essentielle que beaucoup de terriens se posent à un moment de leur Vie et qui restent souvent sans réponse. Pour quelle raison sommes-nous sur Terre ?Pourtant la réponse, à mon sens est bien plus simple que ce qu’il y parait. Je vous propose dans cet article un point de vue personnel quant à la réponse.

Pour quelle raison sommes-nous sur Terre ?

Historiquement, cette question, la très grande majorité des sages et philosophes ont cherché à y répondre. Beaucoup, se sont tournés vers la spiritualité pour pouvoir trouver des réponses.

Partir du postulat que nous naissons, grandissons, vivons, régressons puis mourrons semble parfaitement vide de sens et laisse un goût amer d’inutile. La spiritualité et la foi ont apporté une autre dimension à cette vision très (trop) déprimante.

L’humain existe pour distraire et adorer les dieux

Cette croyance a longtemps été alimentée dans de nombreuses cultures. Ainsi, l’humain devait faire en sorte d’être agréable à ses dieux et à les couvrir d’or et de richesses par le biais d’offrandes. Si l’humain venait à offenser et à déplaire ses dieux (les esprits ou autres) il souffrait de catastrophes, maladies, pandémies, pertes matérielles ou sentimentales… etc…

C’est ce type idéologie que les personnes qui pratiquent ou font appel au chamanisme entretiennent. Chaque problème de vie étant entendu comme la résultante de l’insatisfaction ou la colère d’un esprit (de la forêt, de la montagne, des ancêtres…). Mais aussi par les hommes-medecins et femmes-medecines qui sont une sorte de druides, herboristes, sorcier(e)s… qui utilisent les connaissances qui leur ont été transmises par l’esprit des plantes elles-mêmes ou les vertus des éléments qui leur ont été enseignées par leur(s) Maître(s). Cela implique aussi le chant et/ou certaines incantations.

L’homme s’incarne pour prendre femme et la femme pour se marier…

Puis, créer une descendance. Le mari étant le masculin qui travaille et ordonne et la femme, la figure du féminin soumis et accueillant… Ce qui est, extrêmement réducteur et baisé.

Le but ultime étant de réussir à réaliser, ou pas, des choses remarquables pour laisser une trace de son passage sur terre dans l’histoire… Une contribution individuelle durable au monde. Personnellement, cela me semble être une vision parfaitement égotique. Il s’agit-là de la voie de Vie cherchant à montrer que nous sommes ou avons été plus remarquable, meilleure, grande qu’une autre personne.

La planète école Terre

D’un point de vue spirituel, il est dit que nous venons nous incarner sur Terre pour expérimenter les émotions et apprendre malgré tout à ouvrir notre coeur toujours davantage pour rayonner l’amour et ainsi guérir tout ce qui doit être guéri et apporter de la lumière à tout ce qui est sombre pour le transmuter et le libérer. Les alchimistes donnent cette injonction :

« Lege, lege relege, ora, labora et invenies »

ce qui signifie « Lis, lis, relis, prie, travailles et tu trouveras« … On sait que la suite sous-entendue est la pierre cachée (la pierre alchimique). C’est dans le LaborOratoire… l’alchimiste travaille, mais de la manière à laquelle on pense. Il travaille à améliorer sa propre clarté, son discernement, à nettoyer les couches de son être, à se débarrasser des scories, c’est-à-dire de toutes les parties de lui qui ne relèvent pas de son Soi essentiel.

Une école difficile pour les courageux

La planète école Terre est une des plus difficiles. Oui, je mets de côté l’idée étrange que nous puissions être la seule forme de vie dans l’Univers… rien qu’en terme de probabilité mathématique c’est inenvisageable.

La Terre est située dans une dimension très lourde et dense (vibratoirement parlant). Mais ne donnons-nous pas le travail le plus difficile/complexe aux élèves les plus méritants ? Des choses sombres y résident. Les expériences peuvent y être souffrantes, la méchanceté y règne dans certaines zones… Nous nous incarnerions donc sur Terre pour faire l’expérience de lois spirituelles qui y opèrent, pour apprendre à les utiliser (ou orienter) dans le but d’alléger la Vibration terrestre. L’élévation de la vibration personnelle de chacun tendant à aider la vibration globale à s’élever par dispersion. De la même façon qu’une source d’eau chaude aidera à réchauffer l’eau froide par propagation, l’amenant peu à peu à devenir plus tiède puis chaude. Alors imaginez si le nombre de sources d’eau chaude devient de plus en plus nombreuse !

Elever la vibration toujours davantage

En allégeant la vibration qui règne sur Terre, les expériences qui s’y vivront deviendront de plus en plus légères, douces et élevées. Mais cela passe par la prise de distance avec individualisme egocentrique… entre autres choses. On va donc dans la direction opposée à celle proposée précédemment. Même si l’élévation commence par soi, elle a pour but d’aider à élever l’ensemble.

A l’instar du colibri, nous avons chacun notre part à faire.

Tout cela peut sembler très New Age, même si cela ne l’est pas.

Des traditions très anciennes parlent de cela. Beaucoup, nous rappelle que le but est de retrouver notre propre divinité. Mais, pour cela, un vrai travail en profondeur doit être fait (cf. la légende de Brahma et la divinité cachée de l’homme)

Nous apprenons simplement à être humains.

Ceci sera ma dernière hypothèse. Si mon hypothèse est juste, cela sous-entend que le but premier est de nous amener à apprendre à désapprendre tout ce que notre culture et notre éducation nous a appris, tout ce qui est transmis de façon erronée de génération en génération… renouvelant l’erreur originelle…

Quoi ?  😳
Ce ne serait pas un péché originel dans l’Eden mais simplement une erreur !
[Je pense aborder ce sujet plus en profondeur dans un prochain article.]

Mais, être humain c’est quoi ? Est-ce qu’on ne naît pas humain ? Du coup, pourquoi chercher à être ce que nous sommes déjà ?

La sonorité de ce mot on « naît » est très intéressante. Moi, j’y entends « ne-est ». On n’est pas dans l’être. Bref.

Oui, vous naîssez avec ce potentiel. Mais, ce n’est pas parce que nous avons un potentiel que nous l’incarnons. Je vous renvoie à la fameuse légende de Brahma : Brahma et la divinité de l’homme cachée
Je vous invite à prendre en considération cette question de réflexion que nous rencontrons parfois :

– Tu ne pourrais pas être un peu humain parfois ? 

Réfléchissez avec quoi ça résonne pour vous « être humain » dans cette question.

Ainsi, à mon sens, on apprend à être toujours plus humain. Mais, la fin en soi n’est pas que là.

L’objectif serait de reconnaître et incarner notre humanité pour ensuite la dépasser. C’est le même principe que pour les « dons » particuliers qui nous sont donnés à la naissance. Nous devons les identifier et le reconnaître avant de les dépasser.

Une fois notre humanité parfaitement et totalement expérimentée et incarnée, nous pourrons passer à l’apprentissage suivant : re-devenir un dieu. Mais pas au sens où vous l’entendez probablement. Je l’entend dans le sens de faire émerger, de reconnaître et incarner notre divinité intérieure.

Il vous appartient d’aller plus loin librement

Le reste de la réflexion vous appartient. Soyez libre de déposer vos questions, remarques, retours… dans le module de commentaire à votre service.
Vous pouvez, vous aussi me transmettre une demande pour que j’aborde une question en particulier dans un futur article.

Je vous invite à investiguer votre humanité cette semaine. Par conséquent, je vous souhaite une douce semaine en lien avec vos profondeurs jusqu’au coeur de votre coeur.

Lætitia

2 réponses to “Pour quelle raison sommes-nous sur Terre ?

  • je trouve que cet article m’en apprend nettement plus sur vous que votre présentation.
    Comme notre expérience sur terre a un début et une fin, on peut se demander si ces cycles ne nous poussent pas à vouloir tout mettre dans des cases pour simplement nous rassurer. Comme les saisons, par exemple en ce moment nous avons un février très ensoleillé et bien plus chaud que les « normales » de saison, on ne peut s’empêcher d’imaginer que ce « plus » a un prix que l’on va payer plus tard. La croyance de payer ce prix est lié à la norme qui nous rassure.
    Pour celui qui vit il ne pourrait y avoir de vie sans but, je dirais même que pour avoir un but il faut savoir se connaitre soi-même ça sous-entend prendre du temps pour soi.
    J’aime bien ta métaphore de la « planète école » puisque nos interfaces sont destinées à accumuler l’expérience à travers nos individualités. Et recommencer encore et encore.
    Nous ne sommes pas tous égaux face à notre capacité d’apprentissage ; cela elle varie comme notre proximité avec les limites de notre perception matérialiste.
    J’aime bien expliquer aux gens que la vérité ne peut être vue, le simple fait de ne pouvoir observer l’air qu’on respire en est un bel exemple. La vérité se ressent.
    le monde est méchamment grand pour de si petites espèces telles que nous ^^

    • Merci pour votre message John. Comme tu as pu le comprendre, j’ai du mal avec les étiquettes, ce qui rend toute présentation très limitative. D’autant plus que je suis parfaitement consciente qu’à chaque instant je suis une autre part de moi-même. Me ré-inventant à chaque instant en fonction d’une multitude d’éléments. Rien n’est immobile. Tout se modifie constamment et on ne déroge pas à la règle. Le prisme de « qui on est » est infini, alors comment le délimiter avec justesse ?
      C’est pour cela que je préfère cette présentation alternative 😉 : http://coach-ngo.com/il-etait-une-fois
      Il y a aussi ce vieil article qui pourrait te parler : https://coach-ngo.com/suis-vrai-histoire-detiquette-de-case/
      Je vous souhaite une belle et lumineuse journée.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :